C’n’est qu’le p’tit bout d’la queue du chat…

…qui vous électrise! (C’est une fameuse chanson des Frères Jacques mais c’est aussi une histoire vécue)

Avec notre fourgonnette Citroën Jumper je quitte un emplacement ‘ristret’ manœuvrant avec l’aide extérieure de ma femme. Elle crie très fort. Je plante les freins. «Et alors?»

«Tu as écrasé un chat!»

Je sors pour mesurer l’étendue de la catastrophe. Rien. Je dis bien: Rien! Elle dit avoir vu un chat sortir de dessous le véhicule et partir à la vitesse du son !  Incident terminé!

Quitter le parking s’avère quasi impossible. Plus d’assistance à la direction et notre véhicule pèse près de 2 tonnes. Je m’escrime sur le volant et termine l’exercice. Avec la vitesse, le manque d’assistance s’estompe mais le manque d’aide au freinage me cause quelques frayeurs dans la descente qui suit. Un atelier mécanique diagnostique: la courroie crantée de la pompe hydraulique est sortie de la poulie. Le tout est réparé en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire… Le mécano est quand même surpris de trouver des poils de chat dans la mécanique.

Une année plus tard. La Mamola, petit patelin du bord de mer en Andalousie.

Je quitte ma place de parc toujours avec le Jumper. Un bruit ressemblant à un petit choc mais rien de spécial à signaler! Coup de volant à droite… plus d’assistance! Le quartier est connu pour des centaines de chats qui survivent grâce aux pêcheurs et touristes étrangers. Je fais immédiatement la relation avec ma précédente mésaventure.

Mon copain de l’atelier mécanique refuse d’ouvrir le capot. Il m’avoue son dégoût et sa réticence à  intervenir. «Moi, rien qu’à l’idée de trouver des boyaux de chat… je pars en courant!» Je me dirige alors vers le seul endroit indiqué pour ce genre de situation: le bar du coin pour me ‘requinquer’! Un ami se porte volontaire pour ouvrir le capot et nous constatons que la courroie est sortie de la poulie. L’histoire se répète!  Il fait une autre découverte: une magnifique queue de chat entre la courroie et la poulie mais pour mes amies sensibles je précise qu’il n’y avait pas de « tripa de gato »! Au bistrot mon pote se pavane fièrement avec son trophée félin… et pendant des années il y avait dans ce patelin côtier un chat sans queue mais en pleine forme ! Authentique.

Depuis nous n’avons jamais repris un véhicule parqué dans une zone de pléthore féline sans donner un bon coup d’avertisseur avant la mise en marche…  On ne sait jamais!