Les gens du voyage

Nous voyageons souvent en camping-car en Espagne, Portugal, France, Italie, Allemagne et même en Suisse mais ayant largement passé l’âge de faire du camping sauvage (Ce n’est pourtant pas l’envie qui manque !) nous allons dans des campings, c’est plus sécurisant.

Faire partie des « gens du voyage » me rappelle une histoire vécue :

Dans un camping municipal près de Thiers nous nous annonçons au ‘parlophone’ du portail et sommes accueillis par une aimable employée qui enlève une chaîne avec cadenas pour nous laisser entrer. Nous subodorons être très précisément arrivés à l’heure d’ouverture de l’après-midi… Etonnement : elle referme avec cadenas et chaîne dès notre passage. « Vous êtes complets ? Vous fermez pour la saison ?» « Non, c’est pour la sécurité de nos hôtes ! » Ah bon. Mais encore ?

Après bien des réticences elle nous raconte l’histoire :

La semaine dernière est arrivé un couple avec un fourgon et une immense caravane, style « gitans/vanniers/ferrailleurs ». A la remarque de la réceptionniste qu’il y a un terrain réservé pour cette catégorie de voyageurs, ils répondent qu’ils… euh… ne sont pas vraiment euh… de… l’ethnie et qu’ils ne sont pas… euh… bien acceptés sur les aires réservées aux « gens du voyage » existant dans presque toutes les communes françaises. Amadouée par tant d’ingénuité et de désarroi, la dame accepte de leur donner l’hospitalité et ouvre le portail. Pendant que le couple satisfait aux formalités d’inscription à l’intérieur du bureau de réception entrent dans le camping 17 véhicules (vous avez bien lu : dix-sept !) avec leurs caravanes format magnum…

Mon interlocutrice n’a pas désiré commenter plus avant l’invasion et son inévitable corollaire : l’état des lieux à leur départ, sur intervention des forces de l’ordre bien sûr !

Allez… sans rancune pour les gens à destination des Saintes Maries de la Mer je réécoute un CD de Django Reinhardt !