Les gros devraient payer plus !

Dans la série Les refusés !

« L’Hebdo » maintenant disparu avait publié un article faisant la part belle à l’avis de deux médecins au sujet de l’obésité. J’avais essayé de leur répondre mais vous me voyez venir… on n’a pas publié mon article. Ça vous étonne ? Voici à quoi vous avez échappé :

Il s’était fâché que pour un vol en montgolfière on lui fasse payer le double du prix . Il pesait plus de 150 kg! Il pesait? Oui car depuis il est mort de surpoids…

Au fait, savez-vous que selon les conditions atmosphériques, de température et d’altitude la charge d’un aéronef,  le poids des passagers se calcule au kilo près ? J’ai piloté et je confirme cette règle.

Aux USA, où on vole comme on prend le bus: ticket à l’automate, embarquement, vol et peut-être atterrissage, plusieurs accidents d’aviation sont dus à l’excèdent de poids des passagers. Que certaines compagnies introduisent une « fat tax » peut étonner, mais si un meilleur contrôle du poids au décollage pouvait éviter un accident… Quant à vos deux médecins de service : le premier le Dr Jean-Philippe Zermati déclare que cette chasse aux obèses est honteuse et l’autre le Dr Vittorio Giusti s’indigne que l’on s’acharne sur les gros qui, dit-il, sont des malades.

Laissez moi hurler avec l’indignation du simple pékin se privant souvent pour rester dans une norme pondérale acceptable !

 Une maladie ? Vous nous prenez pour des abrutis ?

Osons la vérité : Messieurs les toubibs Zermati et Giusti, retournez sur les bancs de l’Université… mais choisissez une faculté allemande. Dans ce pays il y a belle lurette qu’on a éradiqué cette « maladie ». C’était dans les années 40 et j’affirme que jamais à Dachau, Auschwitz ou Ravensbrück, on a connu votre fameuse « maladie ». Mes propos vous choquent ? Ils ne sont pas politiquement corrects ? D’accord mais les vôtres sont encore plus condamnables ! Alors en vertu du toujours actuel principe de Peter avec ses arabesques latérales et la sublimation horizontale, vous avez largement atteint votre niveau d’incompétence et il est temps d’envisager votre recyclage d’inutiles marchands de pilules.

Terminons par les élucubrations d’un autre de vos docteurs ès saindoux Eric Héraïef  évoquant dans un dangereux amalgame le poids des handicapés en fauteuil roulant et les femmes enceintes qui prennent l’avion… Que je sache, un fauteuil roulant pliable ne pèse guère plus que 12 kg. Que je sache encore, une femme enceinte  prend rarement plus de 15 ou 20 kg lors de sa grossesse. Je ne vois pas ou est le problème… à moins d’avoir pesé 150 kg avant handicap ou grossesse.

Et que penser des propos pleins de bon sens du patron de Ryanair Stephen McNamara : « Sensibilisons les personnes obèses pour qu’elles perdent un tout petit peu de poids et qu’elles se sentent en meilleure santé »

 

 

2 commentaires sur “Les gros devraient payer plus !

  1. Je pense que le bon poids, c’est celui où on se sent bien. Et que, tout comme il est difficile pour une personne trop mince de grossir, il n’est pas facile pour une personne trop ronde de maigrir

    J'aime

    1. J’aime bien ton commentaire @mélie et je partage ce point de vue. Etre bien dans son corps, dans sa peau et… avec son poids !
      Il faut juste savoir faire la différence entre « un peu rond(e) » et « obèse ».
      Quand à la difficulté de maigrir (ou prendre du poids) encore d’accord mais… ne serait-il pas recommandable de prendre les dispositions nécessaires avant que la machine à fabriquer la graisse se soit mise inexorablement en route ?
      Et si on se croit obligé de courir chez le toubib pour une bricole pourquoi ne pas consulter pour l’excès pondéral. Mais attention : je n’accepte toujours pas le terme de maladie, même si on admet que la faculté peut aider. C’est clair qu’en cas de manque de volonté pour réussir seul ou seule, la faculté pourrait peut-être aider. Il y a aussi des blogs, des groupes, des diététiciens compétents, que sais-je ! Règle N° 1 : Accepter que ce soit nous seuls les responsables de nos excès pondéraux non ?

      Là encore, pas question de médicaments mais bien de discipline alimentaire principalement et d’hygiène de vie, entourage social (genre ‘alcooliques anonymes’). J’espère que tu n’es pas concernée par ce problème et si ce devait être le cas, que tu ne sombrerais pas dans la pharmacopée. Bien à toi !

      P.S. Au cours de ma longue vie amoureuse j’ai souvent partagé des moments d’intimité avec des partenaires plutôt bien chair. Toutes dégageaient de la joie de vivre, de la bonne humeur et de la passion. Mais aucune ne s’est laissée aller, que je sache, à sombrer dans la catégorie des obèses. Tiens… ô baise c’est amusant !
      Amicalement à toi !

      J'aime

Les commentaires sont fermés.