Les vacances peuvent-elles être originales?

Itinérance, vacances, donc changement de vie, changement de rythme! Une nouvelle chronique sporadique, irrégulière mais toujours ‘déjantée’ selon les rencontres  dignes de partage. Titres au choix: B.S.F. Blog Sans Frontière ou Devoirs de vacances!  Bonne lecture!

akimismo

Vacances «originales»? Large question… alors commençons par évoquer les vacances «normales»!

Les récits estivaux nous emmènent sur des plages désertes, des   » kilomètres de sable pour nous tout seuls », des routes sans trafic, des restaurants 3 étoiles pour trois fois rien, des hôtels vides, des terrasses sans bruit, des campings déserts… j’en passe! Du reste je me demande si on peut encore se fier de la télévision qui annonce parfois 900 km de bouchons sur les routes…

Ces commentaires dithyrambiques correspondent pourtant à nos propres périples, encore qu’il faille accepter de sortir des sentiers battus, inventer, éviter d’être sur les routes le week-end ou pendant les ponts genre 15 août, jamais sur les axes Nord-Sud ou Sud-Nord, s’éloigner des plans d’eau où le troupeau se trempe le bouilli, donc loin de la mer, loin des sites à la mode, ‘contourner’ les monuments paraît-il ‘incontournables’, oublier les animations stupides avec des G.O. à la limite de l’illettrisme… bref rester dans les sites exceptionnels mais peu courus de cette belle France que finalement peu de gens connaissent.

Juste un ou deux indices: voyager dans l’hexagone d’Ouest en Est ou le contraire, s’arrêter par exemple sur le Plateau de l’Aubrac en Aveyron (Eh? Vous saviez que la petite Gabriella Grimaldi une des jumelles d’Albert II de Monaco est Comtesse du Carladez ?), visiter le Cantal (Oui je sais: Aurillac est la ville la plus froide de France, on le saura, mais en août?!), et la Lozère (vous connaissez bien sûr le Connétable Du Guesclin et Château Neuf de Randon?), choisir des campings ou autres logements éloignés des ‘migrations de masse’ et surtout loin des piscines, ces bouillons de culture chlorés générateurs d’infections des intimités, de chahut infantile, de cris insupportables et surtout peu propice au vrai repos, seule panacée au stress dont vous souffrez et vous plaignez…

Revenons aux vacances originales dont nous parlions plus haut: il faut qu’elles soient ‘extraordinaires’ dans toute l’acception du terme, jalonnées par des événements qui n’arrivent jamais!

Les nôtres par exemple:

Deux semaines après notre départ le portable sonne. L’aimable personne qui ‘garde’ notre maison andalouse est en larmes et son discours est à la limite de l’audible. Entre deux sanglots elle nous informe que le feu s’approche, rien que ça! Elle ajoute une photo où notre demeure est à peine visible dans la fumée. Les messages se suivent, peu rassurants et nous plongent dans une animation de vacances genre télé-réalité dont nous nous serions bien passés!

Quelle connerie ce smart phone qui nous fait vivre l’événement en direct: 70 pompiers, des dizaines d’employés de notre Parc naturel, 5 moto-pompes, 10 avions, 5 hélicos et évacuation massive des autochtones à titre préventif.

Le feu a démarré de l’autre côté de notre rivière, à moins d’un kilomètre de notre maison. Pendant trois jours et trois nuits les pompiers ont lutté jusqu’à l’épuisement, prenant parfois un peu de repos sur notre terrasse. Il aura fallu plus de 80 heures pour ‘contrôler’ le feu. Résultat 870 hectares de belle forêt classée et des sites paradisiaques disparus dans les flammes Un des plus grands ‘poumons’ d’Espagne dit-on. Et je ne parle pas de la faune. Pffffffffff l’horreur! Mon ami Michel avait baptisé Jardin d’Eden l’endroit du départ du feu, c’est dire notre émotion!

Il y a des soupçons de responsabilité humaine, sans savoir encore si c’est criminel, de la négligence ou de la stupide inconscience!

Nous avons bien sûr permis à la Guardia Civile de consulter le disque dur de notre système de caméras. Maria nous dit qu’ils ont passé 8 heures à ‘lire’ les archives video. Mais ils ne sont pas ‘bavards’ et nous ne pouvons que souhaiter avoir contribué à une hypothétique arrestation de ces connards de pyromanes.

Nous allons prolonger notre voyage de plusieurs semaines pour attendre les premières pluies d’automne et la sortie des nouvelles pousses vertes avant de revenir dans nos murs car, vous le savez, la nature reprend toujours très vite ses droits, n’en déplaise aux trous du cul qui foutent le feu. C’est tout!

Bonne fin de vacances et bonne reprise… à ceux qui ‘reprennent’!