Les fours crématoires… vous aimez ?

Vous n’aimez pas ?  Et la fumée active ou passive non plus ?

En matière de fumée ou plutôt d’interdiction de fumée vous connaissez les lois et leurs applications dans certains pays. Je peux affirmer qu’en Espagne on assiste à tous les subterfuges imaginables pour les contourner: les terrasses couvertes mais non fermées sont légales pour y fumer… mais rapidement on ferme un côté, puis un autre et finalement on a des terrasses fumeurs aussi enfumées que les bistrots d’autrefois… sans ventilation et sans compter que les non fumeurs restés à l’intérieur de l’établissement sont ‘nicotinisés’ chaque fois que le service passe par la porte donnant accès au «fumoir». C’est la nausée quand 30 fois par soirée les drogués reviennent de leur ‘souk’ en puant la clope que s’en est écoeurant!

De qui se moque-t-on?

Le gouvernement espagnol a décidé de durcir la loi sur les fumoirs de plein air… mais ici on est très inventifs et je vous donne LA SOLUTION IBERIQUE! (Notez que c’est contre mes principes, faisant partie des anciens fumeurs repentis, les plus ayatollahs en matière de répression, c’est bien connu).

Les espagnols ont inventé les «Club de Fumeurs»! Rien que ça…

Je vous explique: Quelques citoyens se réunissent et fondent par exemple, statuts à l’appui, un CLUB PRIVE DES FUMEURS DE LA RUE DE LA GARE N°28… Ils se mettent d’accord avec un patron de bistrot, trop content de l’aubaine, qui met à disposition une salle contiguë à son négoce. On appose une enseigne «Club privé des fumeurs etc etc …» On décrète légalement et statutairement l’obligation d’être membre du club pour entrer dans la salle. S’agissant d’un club privé on échappe à la législation sur la tabac! Normal, vous avez le droit de fumer chez vous non? Rien à redire: le local est loué légalement à un Club privé. C’est comme s’il s’agissait d’un ski-club, d’un club de chasse ou de l’Amicale des stripteaseuses retraitées!

Comme le personnel du bistrot n’a pas le droit de servir les fumeurs ce sont les membres qui, à tour de rôle, vont dans le bar acheter pizzas, apéritifs, tapas et tous les liquides!  Mais ce n’est pas tout! Vous connaissez les espagnols: on glisse la pièce à un «chômeur», on lui donne officiellement une carte de membre du club et il fait office de sommeiller. Tout est légal… même le statut du serveur puisqu’il est membre du club. Avantage pour lui: il gagne 3 fois plus que celui qui fait son boulot légalement dans un autre bar.  Asi de facil como se dice por aqui!

Je ne vais me remettre à fumer, ni fonder un club de fumeurs dans la Sierra de Segura car il serait plus raisonnable de créer un «Syndicat des victimes des lois peu ou mal appliquées»… qui aurait un avenir aussi hors d’Espagne. En France par exemple non?

A bon ‘enfumeur’ salut !