Drones et Mac … savourons les progrès !

Préambule: Vieux schnock vivant au fin fond d’un parc naturel en Andalousie profonde, vous comprendrez que l’histoire que je vous raconte plus bas a impressionné l’anachorète. Je subodore que mes jeunes amies hyper connectées vont se moquer de moi mais pourvu qu’elles me laissent mes illusions et mes émerveillements de gosse!

J’ai pris cette photo depuis ma terrasse. Il s’agit de drones d’un centre d’essais voisin. Pas de nuisances car parfaitement silencieux. Je regarde avec des yeux de brontosaure ahuri, hoche la tête, incrédule à la vue de tant de progrès et de technologie. Comme il faut quitter le rêve et revenir sur terre, je me suis servi un apéritif (pas encore livré par drone) puis j’ai consulté mes blogs, constatant que : 1° J’ai des lecteur.trice.s (Je vous la joue ‘inclusif’ branché!) fidèles et que 2° Mon ordinateur fait une crise de lenteur avec des signes de surcharge qui ralentissent le schmilblick. S’agissant bien sûr d’un Mac (Je suis fidèle à La Pomme depuis 1984 !) j’ai pris contact par mail avec le service Apple, profitant de mon abonnement de maintien de la bécane. On m’a passé une technicienne super compétente avec laquelle j’ai dialogué en direct par écran interposé. Elle m’a demandé d’ouvrir quelques fenêtres, puis avec un stylet électronique elle a entouré les zones perturbées et les dossiers fautifs, pointant les failles comme dans un colloque de jeunes cadres dynamiques. Ensuite elle m’a mis en communication avec un autre technicien à qui j’ai, comme ils le demandait « laissé la main » en lui demandant la permission de quitter ma place devant l’écran pour aller manger. Accordé ! Pendant près de 2 heures qu’a duré l’intervention j’ai donné parfois un coup d’œil sur le déroulement de la ‘réparation’ et j’ai vite compris que je ne servais à rien dans cette affaire.

  La flèche du curseur se déplaçait toute seule, ouvrait des fenêtres, une main invisible entrait dans le système, ouvrant et travaillant sur des dossiers que je ne connaissais même pas. Quelqu’un là bas (au fait où était-il réellement ?) clickait, copiait, collait, éliminait sous mon regard d’enfant devant un mât de cocagne. Puis on m’a avisé que « Mad Mac » avait recouvré toutes ses facultés, me souhaitant une satisfaisante utilisation de l’outil.

Effectivement tout était rentré dans l’ordre 

Ces progrès qu’on dénigre parfois, surtout quand « ça va trop loin… » ont aussi du bon. Vous imaginez cette intervention faite physiquement chez un représentant Mac? Je me suis renseigné et vous donne quelques indices :

Il fallait aller dans un atelier compétent soit à Grenade soit à Madrid, deux lieux à 350 ou 400 km de notre hameau, passer une nuit dans un hôtel qui accepte les chiens ce qui n’est pas courant en Espagne et jamais bon marché. Ajoutez les frais d’essence car il n’y pas de chemin de fer à moins de 160 km de chez nous, les repas, un garage pour la nuit… sans compter les tentations que pourraient rencontrer une famile de ‘péquenots’ de la Sierra dans une métropole aux vitrines alléchantes. Faites le compte. Il s’agit d’une somme quasi égale à l’achat d’un nouvel ordinateur… même de la dernière génération!

Vivent donc les pantoufles à l’ancienne et la technologie moderne des ‘soins à domicile’ !

 

 

3 commentaires sur “Drones et Mac … savourons les progrès !

  1. Il aurait fallu profiter du « black friday » pour acheter un nouveau Mac 🙂

    J'aime

Les commentaires sont fermés.