Pilotes et avions ont une date de péremption !

 

Commençons par une info « à la con » de plumitifs ignares :

Rétablissons la réalité

Une brigade de pompiers était présente sur le tarmac, saluant l’A330 après son atterrissage en l’arrosant copieusement avec les lances à incendie. La compagnie aérienne a précisé que la manœuvre avait été préparée et autorisée par l’aéroport de Düsseldorf. En fait de ‘pirouette‘ comme ils l’ont annoncé dans l’article, ce n’était qu’une remise de gaz suivie d’une volte et d’une nouvelle prise de terrain. Ce genre de contournement est normalement réservé aux situations d’urgence dans lesquelles l’atterrissage doit être annulé à la dernière minute. On se demande pourquoi ces imbéciles de ‘journaleux’ s’en sont tenu à ‘pirouette’, sans oser: saut périlleux, looping ou triple Axel?

Quelques commentaires trouvés sur le Web :

« Ouais enfin y’a quoi de mal là? Je vois pas de pirouette.. y’a juste un virage serré quoi, rien de très vertigineux! »

« Aucune pirouette là-dedans, plutôt une remise des gaz bien tranquille en virage pas du tout serré. Rien d’exhaltant !! »

« The crew completed an overshoot and set up for a second approach to the same runway »

 Définitions du mot pirouette :

  • Tour entier qu’on fait de tout le corps, en se tenant sur la pointe d’un seul pied
  • En patinage artistique, exercice consistant à tourner sur place, le plus rapidement possible, dans des attitudes diverses (pirouette dite assise, debout, horizontale, combinée).
  • Volte sur place que fait le cheval, au pas ou au galop (par sauts successifs), en pivotant autour de l’un de ses pieds postérieurs, tandis que ses épaules décrivent un cercle centré sur lui.

Vous aviez dit « Pirouette »?

Pour terminer dans la bonne humeur je vous raconte une histoire:

Un vol Zurich – Vienne avec un Vickers Viscount 837 d’Austrian Airline le premier avion commercial « turbo-propeller » soit une configuration dans laquelle ce sont des turbines qui actionnent des hélices.

Vickers Viscount 837 Turbo-propeller

Pour les amateurs sachez que l’avion de transport militaire moderne Airbus A400M est aussi un turboprop !

 

Bon, assez de pédantisme technique et revenons à notre vol Zurich – Vienne. Profitant de la faible vitesse de cet avion : 515 km/h et d’une altitude de croisière de 6000 mètres le pilote inclinait  l’avion à gauche et à droite, nous montrant Kitzbühel,  insistant sur la fameuse et diabolique descente à ski La Streif 

puis le Grossglockner, le Salzkammergut, continuant par Innsbruck et Salzbourg, bref le Tyrol dans toute sa splendeur!  La Mélodie du Bonheur re-visitée depuis le ciel…

En approchant de Vienne, le commandant de bord (Mais non il n’a pas fait de pirouette, qu’aviez-vous pensé !) nous annonce avec une voix émue : « J’espère que ce vol un peu spécial vous a plu. Il s’agit de mon dernier jour car je prends ma retraite demain. Sachez aussi que ce que nous avons vécu aujourd’hui ne se reproduira pas car ce bon vieux Vickers Viscont prendra aussi sa retraite dans quelques mois et notre périple ne pourra plus jamais avoir lieu avec les modernes ‘jets’ qui volent à 10’000 mètres ! » 

J’ai encore la ‘chair de poule’ à l’évocation de ce vol et surtout de la « standing ovation » réservée à notre pilote jubilaire! C’était en 1971.

Donc les pilotes et les avions ont une date de péremption. Les compagnies aériennes parfois aussi, comme nous du reste!