Ite missa est !

Un article qu’on ne doit pas proclamer très fort dans les homélies dominicales:

Un prêtre et sa compagne témoignent à cœur ouvert :

Alors que l’Eglise catholique est en pleine tourmente, un curé qui partage sa vie avec une femme dénonce l’obligation du célibat «L’Eglise est consciente de tout ce qui se passe mais elle veut maintenir la situation actuelle», indique ce ‘serviteur de l’église’ pour qui le célibat des prêtres est en cause et il est donc convaincu qu’il favorise la propension à la pédophilie.

«La plupart des curés trouvent un moyen pour avoir une sexualité. Certains ont des relations homosexuelles avec d’autres prêtres, certains ont une femme de l’extérieur et d’autres choisissent des voies plus sombres»

La crise actuelle est si profonde qu’elle finira une fois encore par retomber dans les abîmes du secret, sans se demander si le célibat doit être aboli et pourquoi l’Eglise catholique subit un cruel manque de vocations.

Puis il y a eu cet article plus récent :

David, le curé de l’église Sainte-Blandine de Lyon (Rhône), a été déchargé de ses fonctions de prêtre par le cardinal Barbarin car il veut se marier. « Il y a quelque temps, j’ai commencé à construire une relation avec une femme avec laquelle je pense que Dieu m’appelle à vivre » explique le prêtre dans une lettre publique mise en ligne sur le site de la paroisse.

« J’ai souhaité être en vérité avec l’Eglise en disant ma joie d’être prêtre et mon désir de me marier, ajoute-t-il. J’en ai donc fait part au cardinal et nous avons évoqué l’idée d’un dialogue avec le pape, rencontre qui a pu avoir lieu. »  

Commentaire désabusé de akimismo : On ne dit pas ce qui est sorti de ce dialogue… bien qu’on puisse imaginer le résultat !

Excellents prétextes pour vous raconter deux histoires :

 Je suis matérialiste, agnostique, athée et libre penseur (il y en a d’autres ?) et ne devrais donc pas participer au débat sur célibat des prêtres. Mais pourtant ! Place au vécu…

Il y a bien des années j’avais investi dans du ‘matos de grimpe’.  Harnaché à la dernière mode, je me dirige vers un site d’escalade mais si mes revenus de l’époque me permettaient de me déguiser genre René Desmaison ou Erhard Lorétan, mes moyens techniques n’étaient pas au diapason. Pour les non avertis, sachez qu’il est dangereux et déconseillé de faire de la varappe en solo! Je suis au pied de la paroi équipé et casqué… mais tout seul.  Arrivent deux mecs l’air sympa à qui je demande de me joindre à eux.

Le premier : Bin… c’est-à-dire que… bon… Je suis bon grimpeur mais mon second n’est pas très fort. Moi : Alors je suis votre équipier… physiquement et techniquement assez solide pour assurer la cordée depuis l’arrière. Bon d’accord, bienvenue! On se met en route. Le premier de cordée braille des parodies de chants liturgiques, avec des paroles plus que paillardes. Le mécréant que je suis en est même choqué, c’est dire!  Le second est nul en grimpe. On ne m’avait pas trompé sur son niveau. J’assume mon rôle de serre file. Assure sec ! Du mou ! Sucre ! Relais ! Je monte ! Au sommet on se désencorde pour le partage du viatique tiré des sacs: fruits secs, biscuits, bière et thé. Le chanteur pseudo grégorien sort alors une bouteille de vin blanc, un sauciflard et du pain. Santé ! Dieu est avec nous dit-il…

Nous profitons de cette pause au soleil pour faire plus ample connaissance. Je suis fondé de pouvoirs dans une reliure industrielle (C’était moi) Je suis entrepreneur en marbrerie funéraire (C’était le second) ”Je suis dans le social…” dit le premier de cordée. Fin des présentations. Re-Santé. Echange de coordonnées et quelques semaines plus tard, coup de fil du ‘travailleur social’. ”J’ai apprécié ta compagnie, ton savoir faire. Es-tu libre ce week-end ?” Et c’est ainsi qu’avec une demi-douzaine d’alpinistes hétéroclites de forces très inégales nous avons gravi le Dom des Mischabel 4545m. (Le plus haut sommet entièrement en Suisse !) 

Unknown.jpeg
Le Dom des Mischabel

La veille de cette course, à la cabane du Dom, le ‘travailleur social’ est venu en aide à une alpiniste paumée qui pleurait, la rassurant grâce à… une bible tirée de son sac. J’ai alors appris que mon leader, intrépide grimpeur, déconneur hilarant, raconteur d’histoires salaces, d’un humour limite anticlérical, pasticheur de chants sacrés, était curé !

Mais un curé comme je les aime! Cette histoire ayant plus de 35 ans, je peux en parler: ‘Mon’ curé était normal, forcément croyant, du moins je l’espère. Bon camarade, joyeux, pétant la joie de vivre… mais défroqué parce que trop normal ! Pour dire crûment la vérité : il était hors des normes grotesques d’abstinence sexuelle. Mais lui au moins ne sodomisait pas ses collègues du sacerdoce, ne forniquait pas avec les bonnes sœurs et ne se faisait pas «polir le chalumeau» par les enfants de chœur. If you see what I mean? Il vivait une super histoire d’amour avec un beau petit lot, une icône. Eh! Un écclésiaste avec une icône… wharf wharf!

Il avait choisi une vie d’homme sans déviations sexuelles. Dans l’intimité il nous disait être prêtre ouvrier. En fait, comme le diocèse l’avait jeté et qu’il avait perdu son job, il bossait comme chauffeur livreur dans une usine pour manger et faire manger sa copine de l’ombre. Parfois il se décommandait pour une course, se justifiant: Je dois remplacer un copain malade. Excuse qu’il fallait traduire par  « Je remplace un curé ami pour célébrer la messe à sa place ! »

Je ne sais pas ce qu’il est devenu mais j’espère que lui et sa ‘cops’ ont été heureux et peut-être même qu’ils ont eu beaucoup d’enfants… de choeur! Et surtout, que vous soyez alpinistes ou curés (ou les deux… ou ni l’un ni l’autre!): continuez à ‘grimper’ c’est bon pour la santé!  

J’ajoute une deuxième histoire qui me touche aussi personnellement: Ma femme a une cousine allemande professeur de français qui avec ses élèves visitait un monastère près de Murcia. Notre cousine est tombée en pamoison devant un jeune séminariste franciscain. Le coup de foudre a été réciproque puisque Christian, c’est le nom du séminariste, a quitté le catholicisme traditionnel, a rejoint les Alt Katoliken, une branche pas vraiment en odeur de sainteté au Vatican qui permet à ses officiants de se marier et de fonder une famille.

En 1870 les Alt Katoliken ont refusé le dogme du Concile Vatican I. Donc refus de l’infaillibilité du pape et du célibat des prêtres. Ainsi, en Suisse, Pays-Bas, Autriche, Belgique, France, Allemagne, Tchéquie, Pologne, et même dans une moindre mesure Croatie, Italie, Suède, Danemark et Canada cette Église admet les prêtres mariés, l’ordination des femmes, les remariages après divorce, la contraception artificielle et même (localement) les bénédictions de couples homosexuels.

IMG_0993.jpg

Christian et Svenja se sont donc mariés et ont deux magnifiques blondinettes ! Notre cousin dirige une paroisse près de Bâle, y est parfaitement intégré et travaille en excellente collaboration avec des curés traditionnels qui n’ont pas la chance de partager, en tout cas officiellement, la couche d’une jolie femme !

IMG_0985.jpg
Un curé, sa femme et leurs deux filles!


Ce n’est pas plus compliqué que ça mais j’aimerai qu’on me suggère comment convaincre mes voisins moyenâgeux de l’Andalousie profonde du bien fondé de cette histoire.

Je vous le disais: ITE MISSA EST

M’autoriserez-vous : AMEN 

 

 

 

 

 

7 commentaires sur “Ite missa est !

  1. « Polir le chalumeau  » … jolie expression 😄😂J’ai beaucoup aimé ce texte!!!

    J'aime

    1. Bin oui… pourquoi pas. Mais les décisions à prendre peut-être ne sont pas de mon ressort. Heureux d’avoir ‘gratté’ un peu où ça fait mal non?

      Aimé par 1 personne

  2. Sans la religion le monde irait encore plus mal. Enfin
    C est ce que j ai souvent entendu. Cette référence
    Serait cadrante pour beaucoup .
    Alors si l’ on croit à ça TOUT mais absolument TOUT
    Va se casser la gueule puisqu ils sont comme nous
    De pauvres pêcheurs…

    J'aime

  3. Ou plutôt “ le monde va mal parce que
    Ces références-là se sont écroulées”

    J'aime

    1. A noter que le mécréant que je suis n’a rien contre la religion qui permet à des faibles de trouver une corde, une canne ou une bouée de sauvetage pour les maintenir en vie. Il est clair que l’islam (t’as vu mon intervention sur FB?) ne fait pas partie de mes choix. Du reste je prépare un petit texte à ce sujet. Sois patiente. Bises.

      J'aime

Les commentaires sont fermés.