Mobile et couverture!

Un texte de la fin des années 90 que je me dépêche de publier puisque l’absence de couverture hertzienne est en train de rejoindre l’histoire.

Prédestiné à l’instabilité et au camping (les deux sont parfaitement compatibles!), je suis né « mobile-homme ». Aucune surprise donc à ce que « Tiens toi tranquille ! » fût le leitmotiv de mon éducation et normal qu’au lit aussi je me tinsse tranquille, afin que la couverture ne glissât pas. Conséquence de la puberté et des exercices relatifs à cette époque, je suis redevenu mobile et c’est ainsi que j’ai perdu ma couverture qui est tombée du lit!

 Couverture et mobile: Ça vous dit quelque chose?

T’as un téléphone mobile ? Oui, mais je n’ai pas de couvertureLogique nous l’avons vu (plus haut et au lit): si t’es mobile tu perds ta couverture!

Ici, en Andalousie, c’est encore pire (n’oubliez pas que ce texte date des années 90 !): dès que le soleil est caché par les nuages, c’est-à-dire, au couché de l’astre solaire, ou en cas de couverture nébuleuse, plus de signal radio-hertzien… Un comble: Quand c’est couvert t’as moins de couvertureA devenir fou! Je voulais acheter un téléphone mobile… mais impossible sans couverture car la douce compagne qui partage ma couche a l’habitude de tirer toute la couverture à elle. Ce n’est plus vivable, je pourrais la tuer! Oui mais, si je la tue, on va me coller un détective aux fesses qui, pour passer inaperçu, utilisera une bonne couverture. Comme il devra être hyper mobile dans son travail d’investigation, il va être la coqueluche de toutes les compagnies de téléphone puisqu’il sera mobile avec une bonne couverture

Hé! J’ai connu une partenaire sexuelle qui n’avait aucune pruderie: chez elle moins il y avait de couverture plus elle était mobile, et moins je l’étais puisque elle avait épuisé mes batteries et qu’il fallait me recharger. Pour me recharger, il m’eût fallu (qui a dit phallus?) du courant. Donc en courant je serais mobile. Mais comment courir avec les batteries à plat? Essayez de recharger un mobile qui ne l’est plus! J’en reviens à ma première intention: Ma douce moitié m’a privé de couverture, je pourrais la supprimer… mais ce n’est pas possible puisqu’on saurait tout de suite que la couverture est le mobile du crime!

Bon… tout ça vaut mieux que d’attraper « la » maladie à la mode. Alors, avec ou sans couverture… sortez couverts!

Pour conclure – je sais que cela n’a rien à voir avec ce qui précède – je ne résiste pas au plaisir de ressortir cette ancienne histoire: Un moine entre dans un ordre silencieux très strict. La règle: 2 paroles par année. Après 12 mois, notre moinillon s’exprime: « Lit dur! » Douze mois plus tard: « Soupe froide! » La troisième année: « Me barre! »  Dommage qu’il ne soit pas resté une année de plus, il aurait pu ajouter:

« Mauvaise couverture !                                   

                                                  Signé: Akimismo, fils de James qui, à ma

naissance, pendant la mobilisation de 39-45,

 était sergent à la III/218, une compagnie

mobile de couverture des frontières!