Encore la couverture téléphonique… ( Mais promis, c’est la dernière!)

Une affaire de couverture… avec plus de réalité et même un peu de politique et de sacristie! Je vous dis: La totale!

Nous passons parfois quelques jours dans le hameau où nous avons vécu pendant 17 ans et il nous reste quelques souvenirs ! C’est dans la Contraviesa Granadina ou Alpujarra Baja. La couverture hertzienne a toujours été précaire mais les cinq habitants permanents se sont actuellement équipés de paraboles pour une connexion internet acceptable.  Il est vrai que ce n’est pas une obligation de vivre comme des anachorètes ! Coluche disait: Choisis ton camp camarade !

Si vous racontez cette histoire à un gamin de 12 ans, il va vous regarder comme un extra-terrestre !

1995-1997

Dans notre patelin des montagnes andalouses ni couverture téléphonique officielle fixe, ni mobile. L’installation d’une antenne de voiture modifiée par votre bricoleur de service et montée sur un mât de fortune nous a permis d’avoir un minimum de couverture pendant quelques mois, sachant qu’il fallait s’agenouiller entre le frigo et l’évier de la cuisine pour capter des bribes d’ondes. Vous avez dit couverture minimum ? Puis, probablement à la suite d’un coup de vent sur l’antenne relais située sur une colline qu’on ne voit pas depuis le village la couverture a disparu pendant 2 ans. Oui 2 ans !

1999

Grâce à un probable nouveau coup de vent, la communication s’est rétablie toute seule! Jusqu’au prochain effet de Tramontane ou de Mistral? Dans notre tiers-monde du Sud le téléphone s’apparente à l’histoire des clignotants belges : « Ça marche… ça marche pas… ça marche… ça marche pas ! »

2008

Les choses ont l’air de changer. Je dis bien « ont l’air ». Mi-juillet nous partons pour notre migration estivale. Movistar (la compagnie nationale de téléphone cellulaire) vient de terminer l’installation d’une antenne sur le réservoir d’eau, situé en amont de notre hameau (tiens, c’est joli : en amont du hameau !)

image.png

 … Trois points de suspension pour vous la jouer genre Hitchcock et entretenir le suspense ! …

Nous revenons au bercail. Plus de cinq mois se sont écoulés. « ¿Holà amigos qué tal …Y el teléfono? » Bonne question !

A la fin des travaux de pose de l’antenne la compagnie des téléphones pensait pouvoir utiliser la ligne électrique aboutissant au réservoir d’eau prévue pour alimenter un éventuel futur système de filtration si la pollution devait atteindre notre bourgade. Malheureusement cette ligne, payée en son temps par l’Europe, est alimentée en courant par le compteur de l’église. Or si la Paroisse de la Virgen de la Milagrosa est disposée à fournir du courant pour un futur traitement de l’eau si la sécheresse venait à nous priver d’eau bénite, en revanche elle ne va pas permettre à des mécréants impurs, certains même étrangers, voire non catholiques, de communiquer directement avec le cosmos, sans passer par la sacristie. Pas question, non, no, nada de nada !

Résultat: Il a fallu faire un appel d’offres pour amener une autre ligne à l’antenne. Pourquoi un appel d’offres puisque la facture ne sera pas à la charge du gouvernement mais assumée par la compagnie des téléphones ? C’est simple : le haut commandement de Madrid qui fait joujou avec les sous de la Communauté européenne doit savoir à qui vont les fonds pour toucher son pourcentage. A son tour le moyen commandement de la Junte compare, trie et choisit ses bénéficiaires en fonction du « retour sur investissement », comprenez pots de vin. Dernier échelon : Le tout petit commandement de la Municipalité qui nous dirige n’a plus qu’a procéder à l’adjudication des travaux d’amenée d’électricité à notre antenne, si possible à l’entreprise qui baissera son froc le plus bas devant les conseillers municipaux qui se pavanent dans notre mairie. Vous me pardonnerez  Je vous salue Mairie ?

2010

Le village a maintenant un magnifique poteau en métal de 8 mètres de haut, relié par 4 fils (je dis bien quatre… les électriciens apprécieront !) à un autre en béton jouxtant l’installation de l’antenne. Et alors ? Rien !

2012

Tout est prêt pour la mise en service! Bonne nouvelle non? Encore une fois : Et alors ? Bin ! Nous attendons l’ingénieur qui va enclencher le système. C’est tout pour aujourd’hui. A+ on se tient au courant comme disent les jeunes cadres dynamiques, on se téléphone, on se fait une bouffe, on en parle… Ah Merde ! j’avais oublié que pour la bouffe c’est râpé: dans notre patelin il n’y a ni ‘bistro’ ni resto et pour ce qui est de l’intention de se téléphoner… prière de vous référer au texte ci-dessus. Aurais-je réinventé le perpetuum mobile ?

2018

Il paraît qu’il y a actuellement une couverture acceptable dans le patelin. Ça n’a pris qu’une quinzaine d’années mais c’est le charme de l’Andalousie !