Devoirs de vacances (1)

J’aime bien parfois « me tirer d’épaisseur » mais sans tomber dans l’aberration à la mode du copié-collé-partagé. Alors voici une rubrique qui sera ajoutée à ma page On en a parlé au bistrot! sous le titre de 

J’ai lu (et traduit) pour vous

Aujourd’hui on va parler d’aviation chinoise. Prêts ? Attachez vos ceintures, prenez un comprimé anxiolytique et localisez bien l’endroit d’où va jaillir le masque à oxygène ! Ready for taking off…

Fumer tue !

(Ce titre est offert par les cigarettes Marlboro)

 Se moquant des interdictions beaucoup de pilotes chinois fument dans le cockpit mais, c’est ce qu’ils prétendent, seulement avec des cigarettes électroniques (du reste aussi interdites). Nous sommes à bord d’un Boeing 737 de China Airlines reliant Hong Kong à Dalian en Corée du Nord. image.pngTout se passe bien et l’avion avec 162 passagers et 9 membres d’équipage vient d’atteindre son altitude de croisière. C’est alors que  les masques à oxygène se déploient et que l’avion fait soudainement une descente aussi imprévue que rapide, passant de 9’000 mètres à 3’000 mètres en quelques minutes puis remonte à 9’000 mètres comme si de rien n’était pour atteindre sans problèmes la Corée du Nord. Nous ne sommes plus au moyen âge et actuellement « tout se sait ». Donc à l’atterrissage les experts aéronautiques se sont penchés sur le sujet, avec quelques surprises à la clé, la première étant la raison pour laquelle les pilotes ont enfreint une règle aéronautique de base  : En cas de mise en action des masques à oxygène, même pour une raison bégnine, on doit poser l’avion sur le premier aéroport possible pour recharger le système en oxygène afin qu’il soit opérationnel en cas de nouveau problème avant destination ! Les inspecteurs ont trouvé plus grave : Le co-pilote a reconnu l’utilisation d’une cigarette électronique… mais il paraît que ça sentait très fort la fumée de nicotine dans l’avion. Il a été licencié quand on a appris que profitant d’une pause du commandement de bord qui avait momentanément quitté son siège, le co-pilote « en allumé une » mais pour éviter que la fumée et l’odeur n’atteigne la cabine des passagers, il a voulu éteindre le ventilateur faisant circuler l’air mais s’est trompé de commande, mettant hors de service le système d’air conditionné. Conséquence : La cabine des passagers a été touchée par la fumée de la cigarette ce qui a déclenché l’entrée en scène des masques à oxygène ! En attendant l’analyse des boîtes noires du Boeing 737 on ne sait toujours pas s’il y a eu dépressurisation dans l’avion et pourquoi les pilotes ont fait cette ‘plongée’ surprise.

Morale de l’histoire : Un fonctionnaire de l’Agence de Sécurité Aérienne chinoise, Qiao Yibin, en plus du licenciement du co-pilote, a annoncé ‘tolérance zéro’ à l’avenir envers des pratiques plus que généralisées de consommation d’herbe à Nicot, avec les plaintes réitérées des passagers souvent incommodés pas l’odeur du tabac !

 

Le tabac peut tuer dans les airs, à l’insu des passagers !