Amis vignerons … bougez-vous le cul!

Le goût de bouchon’  publié l’autre jour sur ce blog évoquait l’inepsie de continuer à utiliser au XXIème siècle une technologie du Moyen-Âge pour boucher les bouteilles de vin.

Vous voulez une suite? 

Le goût de bouchon est dû au tetrachloroanisol (TCA), une molécule provenant des écorces de chênes-liège polluées par des insecticides, certains produits fongicides et… l’absence de lavage naturel obtenu naguère en laissant le liège deux hivers aux intempéries. Comment éliminer cet insupportable inconvénient? 

Voici deux solutions qui finiront par s’imposer, n’en déplaise aux brontosaures antédiluviens accros au liège basique. La première est produite par la marque «Diam»: Le bouchon de liège sans goût de bouchon, selon leur pub. Je précise que je ne touche pas de royalties!

bouchon_diam2-672x500-c-center.jpg

Pendant des siècles la présence du tetrachloroanisol était un risque calculé, contrepartie d’un bouchage sans fuite. L’entêtement viscéral des producteurs et un certain snobisme des consommateurs s’opposait à la recherche de méthodes plus modernes:  Ils changeront peut-être d’avis avec le bouchon de liège technologique Diam sans TCA. Le liège broyé en granules est ‘macéré’ dans un bain d’eau bouillante puis ‘nettoyé’ au gaz carbonique qui emporte toutes les molécules sources de déviances aromatiques. Donc pas d’intervention chimique!

Le fabricant dit avec un clin d’oeil que ça ressemble à un bouchon de liège, ça a le toucher d’un bouchon de liège et… c’est un bouchon de liège ! 

A mon avis c’est une solution provisoire pour maintenir l’usage du liège mais force est d’avoir une vision d’avenir plus ouverte, pour une technologie meilleur marché et parfaitement adaptée à la conservation du vin: 

le bouchon artificiel!

Aïe! Ne frappez pas… vous le vigneron des Côtes lémaniques… vous le patriarche de Nuit St-Georges… y también Usted el enólogo de  Ribera del Duero!

Une marque est en train de se faire une place au soleil dans le domaine du bouchage des vins: Nomacorc  (qui ne me donne pas de commission non plus!) précise avec pertinence que les bouchons synthétiques sont issus du pétrole et que c’est un peu dérangeant pour boucher des vins naturels, bio ou biodynamiques. C’est pourquoi ils ont fait des recherches sur la canne à sucre. Ce végétal peut se transformer en polymères, matériau utilisé dans la fabrication de bouchons synthétiques mais on est encore tributaire du pétrole pour 40% contre 60% de fibres de canne à sucre! 

IMG_1762.jpg
Eh! Oui… un bouchon synthétique pour un Rasteau! Pour les non connaisseurs, le Rasteau est un Côte du Rhône  parfaitement buvable!

La bonne nouvelle à laquelle je crois: Dans 5 ans au plus Nomacorc ou d’autres fabricants (peut-être vais-je enfin toucher des dividendes…) promettent un bouchon artificiel, 100% en fibres naturelles!

 

 

Et pour toi buveur lambda peu adepte de la didactique pédante, trouvant ce chapitre trop technique:

«Toi y en avoir soif. Toi faire confiance au progrès. Toi continuer boire sans masturbation cérébrale! Santé!» 

(‘Santé’ aussi à celles et ceux qui ont peut-être pris un soupçon de plaisir à me lire!)

2 commentaires sur “Amis vignerons … bougez-vous le cul!

Les commentaires sont fermés.