Mémoires d’un pilote d’aérostat

C’était le 1er août 1991 pour le 700ème anniversaire de la Confédération helvétique.

Récent titulaire du brevet de pilote de montgolfière je participe à une célébration originale avec une douzaine de ballons à air chaud décollant depuis le terrain d’un golf fameux du bassin lémanique.

Nous sommes sur place dès potron minet (6 heures du mat !). 8755e2573778dd134915ed9b6e3924e3.jpgLa ‘Balle de Golf’ le ballon de Michel responsable technique de l’événement emmènera le multi millionnaire propriétaire du golf et décollera en premier.

Unknown.jpegJe piloterai le ballon Mazda avec une vieille nacelle prêtée par mon instructeur. J’ai un altimètre démodé, une radio pas de première jeunesse, pas de variomètre mais… l’enthousiasme de participer à la première manifestation originale de ma carrière de pilote ! On me présente mes passagers, une famille sympa enthousiaste pour leur première ascension en ballon.  J’explique les caractéristiques de l’aérostat, les conditions météo, les probabilités du vol et les consignes en cas d’atterrissage mouvementé ! J’actionne les brûleurs pour maintenir la chauffe des 3000 mètres cubes de l’enveloppe. L’organisateur de la manifestation s’approche: Il y a un changement et mes passagers doivent laisser la place à une autre famille…

Un riche golfeur (Bon ! Les golfeurs suisses sont tous plus ou moins riches non ?) avec sa snobinarde de femme et… leur fils de 14 ans répondent à peine à mes souhaits de bienvenue à bord. Pour être clair ils ont des vraies têtes de ‘cons’. L’organisateur me glisse confidentiellement à l’oreille  que leur fils n’a pas voulu monter dans le ballon attribué car les couleurs un peu passées ne lui plaisaient pas. Et pour satisfaire le caprice de ce petit trou du cul on a bouleversé la répartition des passagers… Puis nouveau changement dans l’ordre des départs : Le propriétaire du golf ne s’est pas réveillé à temps et nous ne pouvons pas attendre que ‘ce monsieur’ ait terminé ses ablutions. Précision technique : En été on ne vole en toute sécurité qu’avant 8 h 30 – 9 h 00 à cause de la température croissante et des phénomènes thermiques. J’hérite alors du rôle de ‘lièvre’. J’aime bien ! A fond les brûleurs, départ. Le spectacle est extraordinaire : Voir depuis le ciel les ballons quittant le terrain l’un après l’autre c’est jouissif. Mes passagers ? Aucune réaction et leur ectoplasme de fils ne pipe pas mot. Vol tranquille de 40 minutes le long du Jura puis une grande prairie accueillante devant notre aéronef ! Atterrissage en douceur et, avec l’aide de Ginette ma ‘retrouveuse’, une ‘pro’ déjà sur place car elle avait anticipé où j’allais poser, nous plions le ballon et chargeons la nacelle sur la remorque. Mes passagers ne disent rien et ‘l’héritier’ tire toujours la gueule ! C’est alors qu’apparaît le ballon multicolore qui n’avait pas plu au morveux.

Unknown-2.jpeg

A l’évocation de ce qui va suivre je ressens encore les frissons de l’immense satisfaction d’avoir mouché un ‘gosse de riches’.  Savourez mon intervention dithyrambique enthousiaste :

 

Whahou… Regardez bien le ballon en phase d’atterrissage ! Il ne dispose que d’un très petit espace pour poser mais comme c’est le meilleur pilote du monde je me réjouis de voir sa manœuvre. Suit une démonstration de pose parfaite.

J’ajoute vicieusement que n’ayant pas l’expérience de cet immense aéronaute je n’aurais pas osé atterrir à cet endroit !

J’en remets une couche, suscitant enfin un semblant d’intérêt du jeune parvenu : Je dis mon envie de devenir un pilote aussi prestigieux que lui. Il se nomme Dany Cleyet Marrel. Il a plus de 4000 heures de vol, a participé à de nombreux championnats du monde et épreuves internationales. En montgolfière il fut le premier à survoler le Mont-Blanc en solitaire et surtout il est pilote du Radeau des cimes, le dirigeable géant qui opère au dessus de la canopée en Amazonie et à Madagascar…

Unknown-1.jpeg

Dany Cleyet Marrel, son dirigeable géant et le Radeau des cimes

Unknown.jpeg

 

 

Si vous aviez vu la gueule du jeune cuistre qui n’aimait pas les couleurs du ballon du maître et avait sans le savoir préféré un pilote débutant…