Ah! S’envoyer en l’air en poésie…

IMG_9776.jpg

J’ai pris cette photo d’un ‘combat aérien’ lors d’un séjour à El Rocío dans le parc naturel de Doñana au bord de l’Atlantique. Un ami avait ajouté: « Ô temps suspends ton vol ! » Souffrez que l’ancien pilote d’aérostats en rajoute une couche, tout le monde sachant bien sûr que cette phrase est extraite d’un fameux poème d’Alphonse de Lamartine « Le Lac » avec l’héroïne Elvire… L’Elvire du Lac avec laquelle Lamartine filait le parfait amour sur les berges du lac du Bourget. De son vrai nom Madame Julie Charles elle ‘s’éclatait’ (comme on ne le disait pas encore!) avec le poète pendant que son cocu s’envoyait en l’air à Paris. Je dis bien : s’envoyait en l’air au sens premier car si le Marquis d’Arlandes et François Pilâtre de Rozier avaient été les premiers humains à quitter le plancher des vaches avec un ballon à air chaud le 21 novembre 1783, le mari de la belle Elvire, le physicien et aventurier Jacques Charles décollait à son tour le 1er décembre 1783) avec un aérostat à hydrogène. Il devait donner son nom aux ballons mixtes combinant air chaud et hydrogène que de nos jours encore on nomme ‘charlières’ .
C’est probablement en pensant au mari ‘aérostier’ de sa maîtresse que Lamartine écrivit son fameux poème.

O temps, suspends ton vol! et vous, heures propices

Suspendez votre cours :

Laissez-nous savourer les rapides délices

Des plus beaux de nos jours!

Assez de malheureux ici-bas vous implorent,

Coulez, coulez pour eux;

Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent,

Oubliez les heureux.

Mais je demande en vain quelques moments encore,

Le temps m’échappe et fuit;

Je dis à cette nuit : Sois plus lente; et l’aurore

Va dissiper la nuit.

Aimons donc, aimons donc! de l’heure fugitive,

Hâtons-nous, jouissons!

L’homme n’a point de port, le temps n’a point de rive;

Il coule, et nous passons!

… et ça continue…  c’est à chialer de poésie et de beauté romantique… je me tais avant de pleurer !  Que je voudrais savoir dire aussi bien mon amour à celle que j’aime. Ça a quand même une autre tenue que le ‘rap’, les textos et autres messages «d’jeunes whatsapp » non ? 

Alphonse de Lamartine, reviens !

Un commentaire sur “Ah! S’envoyer en l’air en poésie…

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s