Et merde pour la reine d’Angleterre…

… qui nous a déclaré la guerre!

(Chanson connue)

En décembre j’avais beaucoup de choses à vous dire mais, comme je vous connais bien, vous n’aviez pas le temps, vous aviez autre chose à faire, vous deviez vous goinfrer de foie gras (pauvres bêtes !), vous étiez très demandés, très occupés, bref… indisponibles. Vous crouliez sous les obligatoires cadeaux à faire et l’obligatoire corollaire des remerciements à ceux qui vous en avaient couvert. C’est clair que les séquelles dues à  l’ingestion de champagne (souvent mauvais et bas de gamme), sont des acidités gastro-stomacales, qui génèrent une impossibilité notoire à réfléchir, à penser et à analyser.

Donc, je ne vois pas pourquoi j’aurais dû perdre mon temps, autant précieux que le vôtre, même si je ne massacre pas les canards engraissés, les oies gavées et les chapons castrés à vif, à essayer de vous divertir par mes écrits.

Mon abstention absolue (Ou… presque !) en matière de consommation compulsive en décembre me permet d’attaquer janvier 2020 en pleine forme, sans avoir besoin de cette nouvelle connerie de « janvier sans alcool », car je ne rejoindrai pas ce « challenge » réservé aux victimes des excès du douzième mois de 2019… et même des onze précédents!

Ici dans le Sud de l’Espagne (L’Andalousie pour être précis) on parle beaucoup de « la cuesta de enero », soit la côte – ou raidillon – de janvier,  allusion aux difficultés rencontrées par les goinfres, les inconscients, les trop généreux, les victimes de la publicité mensongère et envahissante, et quelques rêveurs de décembre pour équilibrer leur budget. Moi ça va… je suis à l’aise ! Si vous passez me voir dans mon hameau de la Province de Jaén je peux même vous inviter à déjeuner dans un bon restaurant. Même plus si entente…Alors ?

Pour 2020, sincèrement, sans vicieuses et hypocrites considérations commerciales, je vous souhaite, à toutes mes lectrices et tous mes lecteurs, d’entrer gaillardement dans cette année, marquant déjà le début de la troisième décennie du premier siècle du deuxième millénaire et qui est heureusement encore trop jeune pour être critiquée.

P.S. Pendant que vous perdiez votre temps à regarder Macron à la télévision, j’ai consulté quelques revues.  Ce scan vous convaincra que votre président est encore très présentable, mesuré à l’aune de la ‘souveraine’ d’un pays qui est en train de sortir de l’Europe.image.png

Ambiance jeune et dynamique!

Eh ! Nos amis français l’ont échappé belle non ? Pour ceux qui ne suivent pas les actualités politiques, sachez qu’il ne s’agit pas d’une photo de la femme de votre président.

 

 

 

 

 

 

 

7 commentaires sur “Et merde pour la reine d’Angleterre…

  1. Juste 160 km au nord de là où notre (très excellent) médecin néerlandais est allé (se réfugier ?) Il est à Laroles … sûrement très tranquille.
    Pour le champagne, j’ai une adresse.
    Pour la télé, euh, très très peu pour moi.
    Un p’tit raidillon, de temps à autre, pour faire monter le cœur dans les tours, c’est plutôt bien !
    Douce, sereine et très très excitante année à toi, Akimismo … et merci pour être là !

    J'aime

  2. Merci pour ce commentaire. S’agissant du (de la) médecin de Laroles, je n’ai pas suivi l’histoire mais subodore qu’il s’agit du droit parfaitement normal de disparaître décemment. J’ajoute que ma belle-mère, une allemande domiciliée en Suisse, a eu recours à ‘Exit’ cette organisme helvétique légal qui permet de quitter ce monde grâce au suicide assisté. Je n’ai jamais autant aimé ma belle mère que depuis que je l’ai vue prendre cette très courageuse décision!
    Pour ce qui est du champagne, ici nous préférons le Cava de Catalogne, au moins aussi bon si ce n’est meilleur que le ‘péteux’ de la région de Reims, mais quatre fois moins cher… à qualité égale!
    Je prépare un article sur les procédés légaux du Champagne pour s’assurer l’exclusivité de leur production. Je ne vais pas me faire que des amis…

    J'aime

Les commentaires sont fermés.