Un gros ? Quel gros ?

Depuis le début de la pandémie, pendant des mois, on nous a rabâché les oreilles : il y a des groupes à risque et les plus vulnérables seraient les vieux et les gros. Oups ! Avant qu’on ne déboulonne ma future statue, vite deux corrections politiquement correctes : les personnes âgées (dès 65 ans hé hé !) et les malheureux en surpoids (qui n’y peuvent rien, re hé hé !).  Dont acte.

Depuis la fin du confinement, on nous a (provisoirement ?) redonné un peu de libertés, mais on oublie le plus grand groupe à risque, que personne n’avait diagnostiqué : les inconscients en troupeau, y-compris les sveltes, les adolescents, les stupides clients d’une boîte de nuit en Suisse… et même  un fameux tennisman serbe !

Plutôt que de peindre le diable sur la muraille, j’essaie de rester optimiste et joyeux, c’est ma vraie nature, avec une histoire vraie, dont le protagoniste Heiner est mon ami :

Il y a quelques années, il a emmené sa famille en voyage aux Etats Unis, pays qu’il avait visité, sac au dos, à 20 ans, alors qu’on venait de lui annoncer être atteint de la sclérose en plaques, rien que ça ! Donc, trente ans plus tard, il organisa un périple aux States avec sa femme et ses deux grandes filles, passant bien sûr par Disney World, Los Angeles, les Rocheuses, Las Vegas, pour terminer le voyage à New-York. La totale ! Il avait lourdement puisé dans ses économies avec, comme point d’orgue, un séjour dans un très bon hôtel de la capitale, puis un coûteux repas dans un haut lieu de la gastronomie nord-américaine.

Je rappelle que Heiner souffre de sclérose en plaques et qu’il est en chaise roulante depuis une vingtaine d’années. Cette précision est importante, vous allez le constater.

Au restaurant étoilé, mes amis se demandent s’il n’y a pas une erreur de réservation ou si ce ne serait pas un gag de caméra cachée, car il y a une quinzaine de fauteuils roulants alignés dans le grand hall d’entrée. Un majordome en smoking et gants blancs les accueille en leur demandant de laisser la chaise près des autres engins et de rejoindre leur table à pied !

Oui, oui, on demande sans gêne à un paralysé de la jouer genre Lazare… vous savez celui à qui Jésus avait ordonné ? Prends ton lit et marche !

Sauf que mon ami Heiner, la bonne blague, est tétraplégique.

Le moment de confusion, de stupeur et d’incompréhension passé, tout est rentré dans l’ordre et le loufiat ‘au nœud ‘pap’ a même demandé à un subalterne de venir pousser la chaise de mon pote jusqu’à sa table.

Questions et réponses à cette situation anybody ?

Les amerloques sont en grande majorité en surpoids (notez qu’écrivant surpoids je reste correct pour sauver ma statue) qui, au lieu de prendre conscience de leur état de décrépitude, de se raisonner et de peut-être se soigner, ces ‘tas de saindoux’ fainéants préfèrent se déplacer en chaise roulante, faisant à pied les derniers mètres de leur destination !

Exceptionnellement, en conclusion de cette histoire, je m’abstiens de commenter et vous laisse, chacun selon vos idées, hygiène de vie et intelligence, vous faire votre propre idée !

image.png

Mais non Obélix, t’es pas gros… même pas américain !

4 commentaires sur “Un gros ? Quel gros ?

  1. Et les vieux obèses ? Voilà la clé de frappe pour me déboulonner ! Si j’ai le choix, j’aimerai que le bronze ne serve pas à couler des canons. Quoi que les canons ne soient plus en bronze de nos jours.
    Sourire grinçant mais sourire quand même et c’est bon, Akimismo. Une belle journée à toi.

    J'aime

    1. Je suis sensible à ta réaction! Mais je précise que je n’ai pas parlé d’obésité… juste de surpoids, catégorie à laquelle émargent près de deux milliards d’être humains dans monde.
      Et mon coup de gueule visait surtout les américains qui, au lieu de prendre conscience de leur surpoids, préfèrent se déplacer en fauteuil roulant.
      Merci d’avoir réagi et sachant que tu fais pas mal de marche, tu ne fais pas partie de ceux qui acceptent sans réagir leur excès d’IMC.
      Très amicalement à toi l’ami!

      Aimé par 1 personne

      1. J’ai bien conscience d’avoir « un peu » exagéré ton propos ! À vrai dire, je m’intéresse assez peu à mon poids. Ce que je constate, en revanche, est que mes résultats sanguins, cholestérol et hématocrites en particulier, s’améliorent nettement quand je me bouge (à 1000 kcal tous les deux jours) et si je n’abuse pas des sucres, lents ou rapides (pâtes, gâteaux, pain, vin …).
        Une belle journée à toi, l’ami !

        J'aime

  2. Il faut dire qu’ils ont quelques excuses quand tu vois ce que l’on met dans leurs assiettes. (Je n’ai jamais pu finir une assiette dans un restaurant américain, même en cas de grande faim)

    J'aime

Les commentaires sont fermés.