Une vie de borgne (Chapitre 2)

Sur ce blog, le 7 août 2021, j’évoquais un manuscrit d’une centaine de pages en attente d’éditeur, dans lequel je raconte les vicissitudes de la vie d’un homme né avec une malformation congénitale du nerf optique. Oui, un borgne… rien que ça.

J’ai bien réfléchis et me dis qu’à mon âge avancé, avec la situation sanitaire que nous traversons, je n’ai aucune raison de me compliquer l’existence avec une recherche d’éditeur. Pourquoi  raconter ma vie à des gens que ne me connaissent pas et surtout risquer les maigres d’économies qui me restent pour finir tranquillement mes jours ?

La décision est donc prise : Je ne publierai pas ce livre et en réserverai les « bonnes pages » à mes amis du blog. N’hésitez pas à en faire part à vos amis puisqu’on dit que les amis des amis …

Un petit mot me ferait plaisir et m’encouragera dans mon entreprise. Merci !

Bon! Assez parlé, entrons dans le vif du sujet!

La parallaxe

… ou comprendre les avantages de votre vision binoculaire sur la mienne, diminuée de moitié !

En 1957 j’ai acheté mon premier appareil photo. Il était équipé d’un cadre viseur iconométrique. Kékséksa ? Corollaire de ce type de viseur, il y avait une molette de correction de la parallaxe. Je répète la question : Kékséksa ?

Vous n’y comprenez rien ? Je vous rassure : à l’époque moi non plus. Mes recherches pour ce texte m’ont permis d’en savoir un peu plus.

Un viseur cadre iconométrique, c’est ça

mais peut aussi être ça :

C’était, bien sûr, avant la généralisation des appareils reflex et de la ‘pandémie’ des smartphones et de la stupide visée par écran!

Dans les deux cas on a deux axes optiques visant le même sujet : la ligne du viseur et la ligne de l’obturateur. Ce genre de visée nécessite une correction automatique ou manuelle de la parallaxe. Vous avez dit parallaxe ? Nous y voici !

Une expérience courante : On place devant soi le bras tendu et le pouce relevé, devant un fond relativement lointain, comme le montre cette mauvaise photocopie!

Si l’on regarde son pouce (sans le déplacer) successivement avec l’œil droit, puis avec l’oeil gauche, on a l’impression qu’il se déplace devant le fond, qui lui reste immobile. L’illusion provient du fait que le pouce est observé sous deux angles différents selon qu’on regarde avec l’un ou l’autre des yeux. C’est la parallaxe, vous l’aviez compris ! Moi aussi mais je pose une question : Comment faire avec un seul oeil, même avec deux pouces ? Je mets fin au suspense en précisant que vous n’êtes probablement pas conscients du phénomène puisque votre cerveau, génial ordinateur, juxtapose les deux images, en fait la synthèse… et vous obtenez une vision en 3 D. Nous reviendrons plus tard sur la troisième dimension, mais pour l’heure, nous en resterons à la parallaxe.

Il y a trois quarts de siècle que je pratique un succédané de parallaxe, mais avec un seul oeil : Pour déterminer la distance à laquelle se trouve un sujet et analyser le rapport de distance entre les divers plans d’un paysage, qui pour moi est ‘plat’, je m’arrête, fixe l’image, et déplace plusieurs fois ma tête latéralement d’une douzaine de centimètres (la distance qu’il y a entre les deux yeux) et j’obtiens les informations par le biais de ce genre de parallaxe ! C’est aussi simple que ça. Vous comprenez mieux ma rage quand me voyant faire ces gestes, mes camarades skieurs se moquaient. Les gueux !

Je leur pardonne car ces cuistres ignoraient mon handicap, et surtout n’avaient pas compris que pour moi tout va mieux en mouvement, à condition de refaire le point à chaque arrêt… Par exemple à un stop en voiture je suis plus à l’aise et plus sûr en le faisant « à la française » comme disent les helvètes, soit le stop ‘coulé’ qui est parfaitement entré dans les habitudes andalouses ! Si je marque l’arrêt légalement je dois reprendre toutes mes marques, refaire toutes mes analyses du trafic, distances, vitesse des autres, bref le ‘merdier’ pour tout le monde. Allez expliquer ça aux gendarmes de Genève, de Clermont-Ferrand ou de Barcelone ! C’est pourquoi je finirai mes jours en Andalousie, continuant à passer les ‘stop’ à la façon d’une perte de priorité, à très basse vitesse et de manière parfaitement sécurisée. Quand les autorités concernées auront compris ça j’aurai depuis longtemps rendu mon permis et cessé de conduire. Bonne route et n’oubliez pas de vous arrêter longtemps, même très longtemps au stop avant de reprendre la marche comme la plupart des conducteurs, en coupant la route aux prioritaires qui auront profité de votre arrêt pour continuer leur mouvement. J’affirme que cette application scrupuleuse de la loi est une bonne manière de foutre le bordel dans la circulation !

Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois ! Cette expression suppose que celui qui est meilleur que les autres, dans quelque domaine que ce soit, et peut les dominer ou passer pour un maître. Mais c’est oublier que souvent les faibles se liguent contre l’intrus, celui qui est différent, et l’éliminent.

A suivre…

2 commentaires sur “Une vie de borgne (Chapitre 2)

  1. On dit que la plupart des auteurs écrivent plus pour se « libérer » que pour être publié… J’imagine que tu n’as pas pris cette décision à la légère.
    Tu as fait le principal : écrire !
    Et nous serons heureux de te lire ici.
    Bonne soirée Akimismo

    Aimé par 2 personnes

  2. La première bonne nouvelle est que nous avons la suite du premier chapitre Une vie de borgne, la deuxième bonne nouvelle est cette décision de partager cet écrit avec nous, la troisième bonne nouvelle est que ça mange pas de pain de l’envoyer à un éditeur au cas où l’envie vous traversait l’esprit, la quatrième bonne nouvelle est que nous apprenons un max de choses dans ce texte et la vie apparaît autrement c’est ce qui est bien quand on lit on apprend, la cinquième bonne nouvelle est qu’il va y avoir d’autres chapitres, la sixième bonne nouvelle est le nombre incroyable de bonnes nouvelles, merci beaucoup, bonne écriture et au plaisir de vous lire, très bonne journée andalouse

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s