La maladie de Dupuytren aux doigts… et presque à l’oeil!

Une petite pause dans mes récits d’Une vie de borgne, pour vous alerter au sujet de certains excès de la chirurgie, surtout si vous deviez être confrontés à une situation que j’ai vécue!

 

Ayant souffert de la maladie de Dupuytren il y a une dizaine d’années, je m’autorise quelques considérations personnelles sur le sujet. Premièrement sur la méconnaissance d’un traumatisme qui se soigne, depuis 1979, en deux temps, trois mouvements et quelques petits coups d’aiguille indolore, un traitement mis au point par les rhumatologues de l’Hôpital Lariboisière de Paris. Je vous en parle pour prévenir ceux à qui la faculté essaiera bien sûr de recommander une douloureuse et coûteuse intervention chirurgicale

Vox populi vox Dei, dit-on. M’autorisez-vous : «Vox populi… vox abruti» ? Je sais, ce n’est ni gentil ni latin, mais c’est  la réalité, avec cette photo de mes deux mains avant et après l’intervention, ce qui m’autorise à m’exprimer sur le sujet non?

Précision: Les photos sont prises chaque fois le matin et le soir de l’intervention. Le premier qui me parle de Photoshop, je lui botte les fesses…

S’agissant de la maladie de Dupuytren  (Une fibromatose de l’aponévrose palmaire moyenne dont l’évolution aboutit à une rétraction des doigts en flexion), je pourrais écrire un livre sur tous les «scientifiques» qui m’ont gonflé «les choses de la vie» avec leur absence de connaissances du sujet.

Liste pas du tout exhaustive des perles circulant sur le thème:

1º Dans ma belle famille de mélomanes, on m’a raconté les aventures de « La Denise », cette sympathique musicienne octogénaire qui a dû apprendre des positions dignes du cirque du Soleil pour continuer à poser ses doigts atrophiés sur son piano chaque fois, je dis bien chaque fois, qu’elle se faisait opérer les mains dans une fameuse et coûteuse clinique de Lausanne.

2º Je suis sorti de la consultation du Dr X., un célèbre spécialiste de la chirurgie plastique reconstructive d’Afrique… enfin  presque puisqu’il est Marocain exerçant à Granada (Espagne) avec un diagnostique disant à peu près : main droite, Dupuytren, stade 3; main gauche, idem stade 4 (le top avant l’amputation, brrr!), 4 à 5 jours d’hospitalisation, réveil très douloureux, rééducation, inactivité d’au moins trois mois après intervention chirurgicale, greffe de peau et, au vu de mon grand âge… aucune garantie de récupérer la rectitude de mes doigts. Coluche aurait dit. ‘Voilà un diagnostique qu’il est bon…’

3º Rencontre, il y a quelques années, sur une terrasse de bistrot, en Suisse, avec un «bon type jovial et tout» qui, au vu de mes phalanges rappelant la prothèse du Capitaine Crochet m’apostrophe, hilare: 

« Ha! Ha! Ha! Dupuytren! »  

Quand on est atteint de cette maladie, l’énoncé du patronyme du Baron suffit à établir des liens de promiscuité avec celui qui était un parfait inconnu, un importun, un cuistre ! 

Il me montre une main apparemment en aussi mauvais état que la mienne. Moi : Et vous allez vous faire opérer ? Réponse: Merde, vous ne voyez pas que je sors de la clinique (oui, cette fameuse clinique lausannoise hyper-méga spécialisée dans la chirurgie des mains). Le pauvre: les doigts crochus que cela vous donne la chair de poule, les stigmates de 27 points de suture et… la certitude de ne jamais guérir et de devoir retourner à Lausanne pour autre chose que  d’y flâner sur les quais !

… une autre… une autre… bon d’accord :

4º Le Dr S. médecin-chef de chirurgie orthopédique de l’Hôpital de N. à qui je soumettais mon problème, lors d’une rencontre qui n’avait rien de professionnelle,  m’a déclaré que bien qu’ayant vaguement entendu parler de cette technique d’aponévrotomie percutanée à l’aiguille fine, il envoyait toujours ses patients Dupuytren chez un chirurgien de la fameuse clinique… 

… encore une ? Bien que vraie vous  aurez de la peine à la croire :

5º Je la tiens de la bouche du même Dr S.  mon voisin, qui a pris des nouvelles de mes mains «réparées». Sourire connaisseur au vu de la favorable évolution de mon état. L’histoire? Le Dr S. venait de croiser dans les couloirs de son hôpital un collègue chirurgien (authentique!) qui sortait de la salle d’opération, en tant que patient à peine opéré… et de quoi je vous demande ? Dans le mille, vous pouvez revenir en deuxième semaine, de la maladie de Dupuytren ! Commentaire désabusé du Dr. S : «Je j’ai pas eu le courage de lui demander s’il avait entendu parler de la technique à l’aiguille fine !» 

Conclusion : L’intervention dite à l’aiguille fine vous permet de rentrer chez vous dès l’intervention (une petite heure) finie, au volant de votre automobile si vous le désirez, vous vous remettez à l’ordinateur le lendemain et à l’établi dans les 72 heures. Ce n’est pas de la propagande, mais une stricte vérité, car je pratiquais aussi bien l’informatique que le travail manuel musclé…

Encore un détail: l’aponévrotomie (l’intervention sympa à la petite aiguille) coûte de 10 à 15 fois moins cher que l’aponévrectomie (intervention chirurgicale classique)… un détail qui a son importance pour un type comme moi, qui n’avait aucune assurance! Véridique. 

Deux précisions: Qu’il s’agisse d’intervention chirurgicale lourde ou du simple traitement à l’aiguille fine, il y a de fortes chances de récidive. Seule différence: après la chirurgie vous ne pouvez pas passer à l’aiguille fine. J’ai eu deux récidives, chaque fois soignées (définitivement!) à l’aiguille.

Autre chose: Il ne faut pas tomber dans une confusion que j’ai souvent entendue: la maladie de Dupuytren n’a rien à voir avec les problèmes de tunnel carpien. Il fallait le dire!

Vous avez des questions? Il vous suffit de taper ‘maladie de Dupuytren’ sur ‘gogol’ pour trouver la liste des praticiens (généralement des rhumatologues et non des ‘charcutiers’) de votre contrée.

3 commentaires sur “La maladie de Dupuytren aux doigts… et presque à l’oeil!

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s