Une vie de borgne (Chapitre 18) Célébrités et voitures célèbres (2)

Vous me pardonnerez cette rapide fréquence entre deux chapitres: mais une suite, c’est tout de suite (merci Monsieur de la Palisse !). Bonne lecture, avec mes affectueuses excuses pour l’abus d’écran que je vous cause. Moi qui vous cause…

A défaut d’affectionner les noeuds ‘pap’ j’ai toujours eu un faible pour les portes « papillon » de la Mercedes 300 SL. J’ai eu en mains celle de David Douglas Duncan, le fameux photographe de guerre américain, grand ami de Pablo Picasso et de… Nikita Khrouchtchev. C’était en 1973. Il me l’avait confiée pour un petit galop d’essai autour de Lausanne. J’avais déjà conduit des 300 SL mais à mon retour de cette balade qui tenait plus de la frime que de l’essai, soyons honnête, je m’étonnais du potentiel inhabituel des freins de ce modèle de la première série (1955 je crois). Et David de me dire : J’ai fait remplacer les freins à tambours d’origine par des disques (montés en série dès 1962 seulement). A mon commentaire sur la valeur perdue de sa voiture comme pièce de collection il avait éclaté de rire, ajoutant qu’il n’en avait ‘rien à cirer’ (not give a rat’s ass !), que c’était ‘sa voiture de tous les jours’, que sa sécurité et sa vie valaient bien plus que la cotation à l’argus de la 300SL. Il est décédé en 2018 à l’âge de 102 ans. Il m’avait dédicacé son livre Les Trésors du Kremlin.

Au fait, j’y repense, vous avez tous connu au moins une 300SL… celle du film Ascenseur pour l’échafaud, à revoir! Avec une autre Mercedes 300SL, celle d’un ami collectionneur, j’avais officié comme co-pilote sur le circuit du Castellet pour une épreuve de voitures de collection. La vitesse était déterminante mais nous devions aussi annoncer, par anticipation, les temps au tour que nous allions faire et il fallait rouler avec une régularité d’horloge helvétique, que les commissaires contrôlaient discrètement tout au long du parcours. Il faut croire que mon pote pilotait bien et que j’étais assez bon au chrono, puisque nous avons terminé 2ème de l’épreuve, derrière une Lister Jaguar si mes souvenirs sont bons, pilotée par Jackie Stewart ‘himself’, ça j’en suis sûr !

 Une autre voiture à portes papillon : la Lamborghini Marzal

Un exemplaire unique, jamais construit en série. La partie inférieure vitrée de cette 4 places permettait de voir défiler la route. Le moteur était unique et original. On avait tout simplement scié en deux le V12, de 4 litres, de la Miura. Résultat : un 6 cylindres en ligne, oui en ligne (!) transversal arrière de 2 litres. J’ai lu pas mal de conneries sur cette mécanique, reprises par tous les scribouillards de l’époque.

Stop ! Je l’ai conduite (oui oui !) et j’affirme que ce moteur, aussi unique que la Marzal, était très loin d’une réussite et ratatouillait plus qu’il ne fonctionnait…

Du reste cette voiture était si difficile à manœuvrer qu’avant que le Prince Rainier de Monaco n’ouvre le GP de 1967 à son volant, Lamborghini avait mis la voiture à sa disposition plusieurs jours pour qu’il puisse s’entraîner dans les jardins de son palais ! Eh… tu rigoles… tu imagines le prince calant dans la montée de Sainte Dévote devant 100’000 de ses ‘sujets’ ?

J’étais bien placé pour affirmer que le moteur ‘ratatouillait’ de manière horrible. Mon brassard de l’époque atteste de ma présence dans la Principauté…

Mais la voiture était si belle, originale et unique, de plus pilotée par le grand ‘daron’ de la Principauté que les spectateurs n’y ont probablement vu que du feu et des paillettes !

Avec Yves Debraine, le photographe de l’Année automobile, nous étions allés au Salon de Turin pour son reportage sur la Marzal. Voici le résultat !

Pour la publication dans l’Année automobile N° 14, alors que nous étions en train de trier les photos avec notre boss Ami Guichard , votre serviteur a eu une double idée loufoque : premièrement l’effet miroir avec un montage de deux photos:

Puis, au lieu que la porte s’ouvre logiquement contre le haut, je dis : inversons les deux images. Pourquoi ? ‘Bin’ pour que la porte s’ouvre toute seule sous l’effet de la gravité !

Le plus fort est que c’est la photo que nous avons publiée!.

Pour terminer voici un article trouvé je ne sais plus où… c’est trop ancien:

The respected Automobile Year annual noted that four members of its staff had spent an entire day driving in the car, adding that if it were to spawn a production version, they would have no hesitation in naming it their ‘Car of the Year.’

Ces 4 membres du staff de l’Année Automobile étaient : Ami Guichard le directeur, Philippe De Barsy le rédacteur, Yves Debraine le photographe et un jeune homme, alors secrétaire de rédaction, Norbert Duvoisin, connu aussi sous le nom de akimismo dans les blogs !

A bientôt pour la suite… de la suite, car le chapitre 19 piaffe d’impatience dans son corral. Et je dois le libérer rapidement pour éviter des déprédations à son box.

Donc, à très bientôt !

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s