Une vie de borgne (Chapitre 21) Bonjour Docteur, au revoir Docteur.

Suite du chapitre 20, avec encore un peu médecine, mais en prenant de la hauteur ! C’est aussi un clin d’œil à une lectrice et un lecteur, ils se reconnaitront, qui n’ont pas d’affinités particulières avec la bagnole, mais cette histoire et les deux suivantes, devraient leur convenir… puisqu’on va s’envoyer en l’air !

La pratique du dirigeable serait déconseillée à un borgne… c’est ce qu’ils disaient !

On ne pilote pas en Helvétie avec un seul œil. Nein, streng verboten ! Donc, comme pour le parapente, j’ai fait l’écolage et le brevet de montgolfière en France, le pays de la liberté… tout au moins en matière aéronautique ! Grâce aux accords bilatéraux avec l’Europe, l’Office fédéral de l’air suisse a été obligé de valider ma licence française.

Puis j’ai poussé l’outrecuidance jusqu’à oser solliciter une extension de licence pour le dirigeable. Je vous raconte la démarche téléphonique, qui semble être un sketch humoristique, mais qui est parfaitement authentique.

« Office fédéral de l’aviation civile, bonjour ! » (A imaginer avec un très fort accent alémanique)

« Bonjour, je suis titulaire d’une licence de pilote de montgolfière et désire obtenir une extension pour piloter les dirigeables. Quelles sont les formalités ? »

« Un instant svp… Ach ! Mais vous avez passé votre licence en France, donc nous ne pouvons rien faire pour vous ! »

« Pourtant, en vertu des accords avec l’Europe, votre office a validé ma licence, même que vous m’avez imposé les examens complémentaires pour la législation et la licence radio non encore obligatoire en France ! »

« Waôôh… (Toujours avec l’accent de Berne !) le tézizion tépend du médezin offitziel de l’atministratzion de l’Office fétéral de l’aviazion zivile »

J’ai donc pris contact avec le médecin, un colonel de l’armée, lui-même pilote d’hélicoptère).

« Ici le Docteur Schtroumpf (ou un autre nom dont je ne me souviens plus !). Votre dossier indique que vous êtes borgne et j’aimerais en savoir un peu plus sur vous. Avez-vous déjà rencontré des problèmes avec votre vue ? »

                     (Y m’énerve ce type… mais je dois lui répondre !)

« C’est difficile à dire car il y a des inconnues : par exemple je n’ai pas de problèmes jusqu’à 285 km/h… plus je ne sais pas car ma Kawa 1000 ne va pas plus vite !  En dévalant à ski de fond des pistes de 60 degrés pas de problèmes mais plus pentues je n’ai pas osé essayer ! Jusqu’à 7600 mètres d’altitude en Himalaya j’étais à l’aise… plus haut je ne suis pas monté !

Je sentais que mon colonel n’était pas preneur de ce genre d’humour et que la conversation tournait au vinaigre. Je l’ai donc ‘mise en sourdine’ et il a accepté de me recevoir dans son cabinet médical de la ‘ville fédérale’ (Berne) pour une très longue séance, ressemblant à un interrogatoire de la Gestapo, avec analyses, prise de sang et ‘tripotage viril’ par une solide infirmière polonaise, dont le hobby devait être la lutte libre ! Je suis sorti de son cabinet avec l’autorisation de faire l’écolage pour devenir pilote de dirigeable. Ouf !

Ecolage à Château d’Oex avec une première ︎ pose en douceur.

Une douzaine d’heures de pilotage plus tard, brevet en poche avec une fierté assumée !  

 

Je publierai plus tard un chapitre consacré au dirigeable, cet ‘Objet Volant Parfaitement Identifié’ très peu connu du grand public.

A bientôt, pour rêver en prenant encore un peu plus de hauteur…      


			

4 commentaires sur “ 

  1. Bravo, Akimismo ! Piloter un dirigeable c’est un peu comme diriger un pilote.
    C’est beaucoup moins après la voiture – parce que la Panhard 24CT, en aluminium, ressorts de soupape en torsion, 160 km/h, sur deux cylindres ! – que j’en ai qu’après ceux et celles qui se croient au dessus du reste l’humanité quand ielles ont plus de 50 CV sous la pédale droite.

    J’aime

    1. Merci pour ce commentaire Gilles. Une précision, juste en cas, tu n’étais pas le lecteur auquel je faisais allusion. Mais ta réaction me fait regretter de n’avoir pas pensé à toi pour ceux qui ne sont pas fans de la bagnole!
      Et, il est déjà temps de parler de la fin de semaine. Toi, je ne sais pas, mais pour moi c’est presque tous les jours vendredi… Fait pas bon devenir vieux!
      Amicalement.

      Aimé par 1 personne

  2. J’ai bien rigolé, merci ! Le plus incroyable est que… tout est vrai !!!!! Oui prendre de la hauteur ça fait du bien à lire, :-), très bon week-end et prenez bien soin de vous et des vôtres, bonjour au chien

    J’aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s