Interlude N° 7  Et pour vous, la langue française, ça va?

L’autre jour j’avouais avoir emporté une clé UBB avec quelques textes pour «les vacances» mais ce n’était qu’une moquerie de ma part, tant il est vrai, vous verrez quand vous aurez mon ‘âge, tant il est donc vrai que des vacances ne méritent leur appellation qu’à partir de 3 mois. Moins, il ne s’agit que de week-end prolongés. Comme nous ne sommes en vadrouille dans notre maison à roulettes que depuis moins de 3 semaines, restons-en à ‘un court déplacement’, ‘quelques jours de repos’, ‘une brève escapade’, ‘un saut de puce’, what else? Et pour les pinailleurs, j’ajoute aussi un changement d’air, avec un transfert de la Méditerranée à l’Océan atlantique. Une broutille de 200 km… en trois jours quoi!

Il me semble que je voulais vous dire quelque chose non? Ah! oui ça me revient:

Le français est une merveille de subtilité, voyez plutôt !

 J’adore cette langue, même plus qu’une certaine ex-ministre… française, quoique ! 

Ce texte n’est pas nouveau, mais il évoque la réforme de l’orthographe que voulait imposer en son temps la prénommée Najat, (j’ai oublié son nom de famille mais ça ressemblait à Bécassine), alors ministre de l’Éducation nationale. Elle voulait simplifier notre langue afin que les plus mauvais en orthographe ne fassent plus de complexes, obligeant les plus doués à s’abaisser au niveau des plus nuls. On parle de nivellement ! Qu’il soit par le bas ou par le haut est laissé à votre interprétation, votre jugement et vos convictions personnelles.

Ainsi, le « ph » de « pharmacie » serait remplacé par un « f » pour donner « farmacie ». « Orthographe » s’écrirait « Ortografe » et « Analphabète » deviendrait « Analfabète ».

Or, chaque mot prenant son sens dans ses racines, le mot « analphabète » est issu des deux premières lettres de l’alphabet grec, « alpha » et « beta » précédées du préfixe privatif « an » qui lui donne son sens originel, à savoir : « qui ne connaît pas les lettres » donc qui ne peut ni lire, ni écrire.

Si désormais on écrit « analfabète », c’est différent.

Dans ce cas, il faut revoir son étymologie et par conséquent, son sens:

« anal » : qui a rapport à l’anus,

« fa » : la quatrième note de la gamme

« bète » : personne un peu sotte.

Donc un « analfabète » est un con qui fait de la musique avec son trou de balle.

Ne pas hésiter à faire l’amalgame avec « les trous du cul » qui pondent « des réformes à la con » !

5 commentaires sur “Interlude N° 7  Et pour vous, la langue française, ça va?

  1. 😂😂😂 le monde est fou!!! et bientôt ce sera nous qui allons devenir nul en Français !!! …… Grosses Bises à vous!!!!

    J’aime

    1. Grosses bises affectueuses du Sud. Aaaaahhhhhh l’Atlantique! Avec un jeune fou comme Nico ce n’est que du bonheur sur les immenses étendues de sable quasi désertes…

      J’aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s