Quelle mascarade, suite… mais pas fin!

Quelques considérations sur les familles espagnoles, surtout les enfants et les campeurs, le virus, la vaccination et les touristes étrangers. Oui, je sais… à cet inventaire il ne manque que quelques ratons laveurs. Mais n’est pas Prévert qui veut!  

Il s’agit du complément à un texte hors ‘interludes’ et hors de ‘Ma vie en monovision: ‘Quelle mascarade’ du 2 février

https://wordpress.com/post/akimismo.wordpress.com/6211

C’est aussi un clin d’oeil à mon ami Gilles, qui dessinait ce matin son rêve de quitter le masque!

…..

Je me répète: Vivant depuis 27 années en Andalousie, j’ai eu le temps d’apprendre ‘un peu’ la langue, de lire plus de 150 livres en espagnol, et de comprendre la mentalité des habitants de ce pays qui nous a aimablement accueilli en… 1995!

Une caractéristique commune à toute la péninsule est la vénération et la tolérance pour les enfants, avec une éducation,  plutôt une ‘non éducation’, frôlant la stabulation libre. Un gosse de 3 ans qui traite son grand père de ‘hijo de puta’ provoque une crise d’orgueil chez le destinataire de cette amabilité. Et celui qui grimpait aux rideaux dans une banque, faisait pouffer de rire tout le monde, parents et employés de la banque compris. Une autre scène provoquant l’hilarité des convives dans un restaurant assez ‘classe’ avec un gamin de 5 ou 6 ans qui s’accrochait à la nappe, la tirant de toutes ses forces en hurlant d’extase au vacarme des couverts, plats et verres s’écrasant au sol. Les convives trouvaient ça très drôle, le serveur riait aussi, mais un peu plus jaune, retenant sa rage pour ne pas être qualifié de bourreau d’enfants!

Donc nous essayons d’éviter les endroits trop ‘juvéniles’ en fin de semaine, genre campings familiaux et piscines. Je suis bien entendu heureux que les familles puissent se distraire et que les enfants chantent, jouent, se chamaillent, crient… bref vivent une existence de gosses.  Mais vous me permettrez de ne pas cautionner cette éducation, basée sur la permissivité totale que plus haut je comparais à la stabulation libre! On emploie beaucoup le mot ‘encadrer’… bonne occasion d’apprendre aux enfants qu’il y a une différence entre cris de joie et crise hystérique stridente évoquant une meute de loups affamés. On devrait leur expliquer que que les animaux sauvages hurlent pour sauver leur intégrité physique et assurer leur nourriture! Holà niño, les fauves te poursuivent… ou t’as rien à manger à la maison?

Et pourtant nous sommes en train de revoir totalement nos appréciations sur les vernaculaires: Il nous aura suffit d’un séjour dans notre camping habituel, qui accueille des permanents et des itinérants comme nous, souvent des touristes étrangers, pour apprécier la discipline ibérique.

«Ce n’est pas plus compliqué que ça!»

Les Espagnols que nous croisons aux sanitaires, à la vaisselle, sur le chemin de la plage, partout à l’intérieur du terrain… se protègent et nous protègent contre le virus à la mode en portant un masque. Tout comme leurs enfants, eh eh! En revanche, les étrangers n’ont pas besoin de justifier leur nationalité, car on les reconnait: 9 sur 10 n’en portent pas. Je répète que nous avons affaire à des Hollandais, des Suisses, des Allemands et des Français. Pour les Espagnols, vous inversez les proportions au sujet du masque! Je conclus donc avec la même phrase que dans mon texte du 2 février:

Ce n’est pas plus compliqué que ça!

Je reviendrai une autre fois sur le sujet controversé de la gestion du virus. Etes-vous partant pour entendre la vérité? Mais qui suis-je pour en parler? Juste un lecteur multilingue attentif à ce que disent les scientifiques du monde entier sur le sujet. Ne vous attendez donc pas à ce que je vous parle des inutiles politiciens et fonctionnaires menteurs qui vous gouvernent. Il s’agira juste de considérations scientifiques avérées par les plus compétentes sommités, donc en aucun cas des mensonges des médecins de l’OMS et d’ailleurs…

 A bientôt!

2 commentaires sur “Quelle mascarade, suite… mais pas fin!

  1. Ne t’étonnes pas de voir les espagnols faire la vaisselle sans masques car depuis hier il n’est plus obligatoire à l’extérieur! À part ça c’est vraiment impressionnant de voir leur rigueur contrairement à d’autres pays. Ici à l’hôpital il n’y a plus de cas!!

    J’aime

    1. Merci pour l’info. C’est vrai que, clouée sur ton lit d’hôpital, tu me remplaces pour être tenu au courant des dernières informations… Pour le masque, tu en sauras plus demain sur mon blog. Pour le reste, je n’ai pas trouvé une option *message privé*. Alors, je demande à mes amies et amis de quitter un instant ce blog…. Donc vite, en vitesse, chérie, je t’aime! Bon vous pouvez revenir en ligne. Bonne nuit!

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s