Reste-t-il une petite place ?

Oui, une petite place pour mon coup de gueule annuel… mais rassurez-vous, ce sera le dernier de 2021 !

Jusqu’à fin décembre, j’avais encore des histoires à vous raconter, mais je vous connais, vous n’aurez pas le temps de les lire car vous devrez répondre à toutes sortes d’invitations, obligations et contraintes, vous serez très occupés avec les cadeaux et devrez faire la queue dans les grandes surfaces. Sans compter subir quelques grèves des transports et autres…

Il faudra aussi décorer le sapin, envoyer des vœux et y répondre !  Bon, je sais que votre ‘smart machin’, avec une « application » de derrière les fagots, fera le travail pour vous, et c’est une situation géniale où il se pourrait qu’une machine réponde aux vœux reçus d’une autre machine !

Pour respecter vos activités bourdonnantes, je diffère à l’an prochain la publication de mes écrits. J’espère que l’attente sera supportable (!) pour lire la suite d’Une vie de borgne qui, en 2022, s’intitulera Ma vie en ‘monovision’.

Éviter les excès de décembre, par exemple en me couchant à 22 heures les 24 et 31 décembre, me permettra d’attaquer cette prochaine année en pleine forme, échappant à ce qu’en Andalousie on nomme « la cuesta de enero », soit le raidillon de janvier, allusion cycliste aux difficultés rencontrées par les ‘festoyeurs’ boulimiques, les soiffards invétérés, les trop généreux, les doux rêveurs, ceux qui n’osent pas dire non et les victimes de la publicité, pour équilibrer leur budget. Moi ça va… depuis plus de 60 ans, je suis à l’aise financièrement en janvier !

Pour terminer, je republie une ancienne anecdote sur les excès « nativi-nouvelanesques », qui sera ma conclusion à cette année « covido-merditesque !»

Chapon, foie gras et grands crus

Un couple était venu « passer les fêtes » chez nous, en Andalousie. Nous leur avions dit qu’ils étaient les bienvenus mais que de fiestas sur commande : nada de nada, et ils ont pensé que notre réticence aux célébrations était due à la précarité de notre situation financière. Les sots !

Ils ont donc apporté une vingtaine de bouteilles de grands crus (ce n’était pas pour nous déplaire !), un chapon provenant d’un négoce réputé de Bourg-en-Bresse et un kilo (oui un kilo) de foie gras de chez… Fauchon !

Le chapon était ‘comestible’ sans plus et vous attendez que je vous parle du foie gras de chez Fauchon ? A vos risques et périls ! Mise en situation :

Vous êtes végétarien et on vous sert un pavé de boeuf…

Vous êtes juif ou musulman et on vous sert du porc…·

Vous êtes actifs à la SPA et on vous sert du foie gras…

Vous avez compris !

On ouvre la boîte, qui a dû coûter l’équivalent de notre budget alimentaire pour deux mois. On goûte. Nos visites salivent et frôlent l’orgasme. A part les considérations liées à la cause animale, je n’aime ni la consistance ni le goût du foie gras. Je trouve ça simplement doucereux et écoeurant !

Les prévisions météo annonçant de la neige sur toutes les routes en direction du Nord ils abrègent leur séjour et partent en nous laissant au moins 15 bouteilles de Bourgogne, le reste du chapon et… la boîte de foie gras à peine entamée ! Les bouteilles je ne vous dis pas, mais le chapon je vous le dis ? Nous en avons fait cadeau à des voisins très modestes qui l’ont trouvé bon… mais un peu gras. J’ai gardé le foie gras pour la bonne bouche, si vous me passez la métaphore. Nous l’avons donnée au sympathique berger allemand de notre voisin Miguel. Et ça n’a fait qu’une sifflée :

Slap Slap Slurp Slurp Blup et Burps! Quelques centaines d’euros liquidés en 14 secondes et 8 dixièmes.

Amis des animaux je vous rassure : Le chien n’a pas souffert d’effets secondaires, suite à cet excès, inhabituel pour lui !

Avant que le tourbillon de la dernière semaine ne vous happe, vous satellise et vous propulse en orbite, acceptez, amies lectrices, amis lecteurs, qu’avec ma femme Cornelia et notre chien Nico, nous vous souhaitions une gaillarde entrée en 2022 !

Craignant de me prendre les pieds dans les fils électriques du sapin, et de recevoir une boule sur le coin du museau, je me mets à l’abri et je tire la prise jusqu’en janvier.

Hasta dos mil veintidós. Adios, Ciao, Tschüß, au revoir, and see you soon!

9.12.1941 – 9.12.2021 … 10.12.21 The day after…

La resaca… dit-on en espagnol pour la gueule de bois. Bah non! De resaca, que nenni, ni nada! Je laisse ce douloureux retour à la réalité post éthylique aux jeunes galapiats, catégorie dont je me suis affranchi hier pour mes quatre fois vingt ans.

Pas de gueule de bois, que de bons arrière-goûts au palais :  Une ou deux coupes de ‘cava’, vous savez ce vin espagnol ‘champagnisé’ (Chut pas le droit de dire champagnisé !), élaboré selon la ‘méthode traditionnelle’ (Chut pas le droit !), un grand cru de Bordeaux (tiens, ça on a le droit de dire !), une fondue vigneronne aux trois viandes (et merde pour les véganes), une glace parfumée au rhum de Motril, avec un (il faut raison savoir garder !) petit digestif, le tout ‘avec modération’. Sans oublier la chance d’avoir partagé cette journée avec ma femme Cornelia !

Je vous souhaite à toutes et tous de vivre cette gratifiante expérience d’arriver enfin à l’âge dit adulte… en aussi bon état que votre serviteur.

Merci à ceux qui se sont manifestés sur ce blog ou en messages privés (ils se reconnaitront !). Je vous promets de participer à la célébration de vos quatre fois 20 ans… dussé-je attendre quelques décennies (Salut Mélie !)

Que restera-t-il de cette journée du 9 décembre ? Comme pour Pearl Harbour, autre catastrophe dont c’était les 4 fois 20 ans deux jours avant moi, en parlera-t-on encore dans un siècle ?

Le virus nous sépare mais l’amitié est inséparable. Cette photo avec un chapeau ramené d’Alaska, me rapproche d’un pote bloqué chez lui. Salut Michel!

Nouvelles du 9.12 en vrac :

Ces cons de Gogol me demandent, ce matin même, de confirmer que j’ai plus de 18 ans. Authentique. Ils l’ont échappé belle, car je n’ai pas trouvé où cliquer pour les traiter d’abrutis.

J’ai lu, toujours ce 9 décembre, qu’un pilote de 67 ans, avec 998 heures de vol, s’est tué aux commandes de son planeur. Il espérait arrondir son curriculum à 1000 heures. L’Office de l’air a retrouvé son téléphone portable… il filmait le paysage et n’a donc pas vu la barre de rocher contre laquelle il s’est écrabouillé. Je n’ose pas ajouter : Plus con que ça tu meures !

Huitante ou quatre-vingt ? Vous jugerez mais voici le petit mot reçu de Cornelia, qui accompagnait mon cadeau

J’avoue être l’auteur du ‘caviardage’ final. Vous n’êtes pas sensés
savoir quel est le mot doux qui nous uni. Na!

« Tu vois, Nico, je viens de recevoir la collection complète de Tintin. Ce sont les histoires du chien Milou »!

Mais là encore, c’est comme pour le Champagne, ‘chut’ car Tintin ce n’est que de 7 à 77 ans!

Bon… je note la date du 9 décembre 2031 dans mon agenda pour reprendre cette conversation. Hasta luego amigas y amigos !

Au sujet de Ma vie de borgne (Hors chapitres)

Amies blogueuses et amis blogueurs!

Depuis que j’ai abandonné l’idée d’éditer le manuscrit Une vie de borgne sous forme de livre, mais de le ‘splitter’ en chapitres sur mon blog, je respire mieux car je me suis libéré d’aigreurs d’estomac, de réveils intempestifs, bref d’un stress qui, sans dire son nom, essayait de s’immiscer dans ma tranquille vie d’octogénaire !

« Je retrouve nos interminables promenades matinales ! » a dit notre chien Nico, en redoublant de bonds, de galipettes et de courses effrénées !

Je suis donc heureux d’avoir éliminé ces soucis et de continuer à compiler ce texte à mon petit train-train…

Il est bien clair que si un éditeur était intéressé, à mon ‘curriculum’ et aux péripéties qui l’ont émaillé, j’accueillerai toutes formes de propositions.

Et à vous, nouvelles lectrices et nouveaux lecteurs dont on me dit que vous suivez maintenant ma prose, le blogueur blagueur vous souhaite la bienvenue, vous remercie de me suivre, en espérant que vous le ferez encore longtemps, et vous incite à prendre la parole pour faire part de vos considérations et ressentis !

Oui je sais… que certains d’entre vous ont rencontré des difficultés pour faire des commentaires. Je sais aussi que WordPress n’est pas de la plus grande simplicité et je ne suis pas toujours à l’aise avec sa manière de fonctionner…

Si vos commentaires ne passent pas, essayez d’ouvrir un compte WordPress, éventuellement par le truchement de Facebook (un comble vu le titre de mon blog !), Tweeter ou Google.

J’ai aussi une adresse e-mail réservée à ces échanges:

akimisblog41@gmail.com

Et enfin, en ‘cliquant’ sur la rubrique « Contact » en haut de la page de titre de mon blog. Il suffit d’un nom et d’une adresse mail, qui restera confidentielle, en ajoutant, bien sûr, ‘votre grain de sel’. Alors qu’attendez-vous pour vous manifester? Je me réjouis de lire vos clins d’oeil (c’est le cas de le dire !), de savoir votre appui, votre intérêt et, éventuellement, d’en parler autour de vous, pour agrandir notre déjà grande blogue-famille…

Et restez aux aguets car le prochain chapitre sera très prochainement publié ici

Adiós y hasta luego!

En principe les «Devoirs de vacances» se terminent … avec les vacances, sauf  qu’on vient de nous ordonner de rester encore un peu au bord de la mer. Vous avez bien lu: on nous oblige à prolonger nos vacances, n’allez pas le répéter à un syndicaliste!       

Je publie tout de même le texte que j’avais préparé:

A 18 occasions récentes j’ai essayé de vous distraire, de vous faire sourire, peut être, et oublier un peu le ‘machin19’. Ai-je réussi?

Confinés ‘périmétralement’, nous avons passé 6 semaines au bord de la Méditerranée, dans un camping dont les patrons sont devenus des amis. Normal, car nous étions seuls sur leur terrain! Au plan ‘survie’, être ‘enfermés’ dans une ville comme Motril, 60’000 habitants, avec tous les négoces, grandes surfaces et restaurants ouverts (jusqu’au couvre feux à 18:00h), est loin  d’être désagréable! 

Nous voulions ‘remonter’ dans notre province de Jaén car on nous a avisé que l’ail fait déjà de belles pousses dans le jardin de Cornelia, et il sera temps de tailler notre treille et de semer les radis, indispensables pour accompagner nos apéros sur la terrasse… 

Mais les dernières nouvelles de notre gouvernement ne sont pas aussi favorables qu’attendu. Il faut compter au moins  une bonne semaine de plus de séjour à Motril, car l’accès à la notre province (Jaén) est encore sujet à des décisions de Seville (Capitale de l’Andalousie) et de Madrid. Donc, nous attendons…

Philippe Bouvard s’excusait, dans son dernier recueil de pensées, d’avoir toute sa vie de journaliste «tiré à la ligne», donc d’avoir fait du chiffre. Je m’inspire des conseils de l’auteur de Un oursin dans le caviar et promets d’être concis. Dont acte… puisque ce texte s’arrête ici! 

Hasta el próximo confinamiento…

Récupéré dans une ‘protectora’ (refuge), notre nouveau compagnon a moins d’une année. Après 7 semaines chez nous, il s’est déjà complètement intégré à la famille. Il a découvert la ‘maison à roulettes’, les montagnes enneigées, la plage et le sable bref… la vie! Parole de Nico: «Avec Cornelia j’ai vu de la neige pour la première fois. Bon, la Sierra Nevada côté sud ne vaut pas le côté skiable du nord, mais mes patrons m’ont promis de m’inscrire à l’école de ski de Pradollano l’hiver prochain!»
«La neige c’était trop loin mais les vagues de la Méditerranée… un peu trop près!»
«Viens en vacances avec nous, qu’y disaient…» et à la fin ils m’ont fait garder leur maison à roulettes!
Pour la 27ème fois, nous avons apprécié le spectacle des amandiers en fleurs, dans la Contraviesa granadina!

Force 7 Beaufort, une brise légère pour ces fous de ‘kitesurfistes’

De toutes façons, je m’en balance… du moment  que dans les ‘chiringuito’ du bord de mer, on me sert le ‘coñac’ tempéré au dessus d’un verre d’eau chaude! 

Devoirs de vacances N° 3 Cigogne

Valladolid… c’est en Alsace?

Une histoire authentique, avec le lien de la vidéo, publiée il y a déjà quelques mois par la Police de Valladolid sur Tweeter. Je l’ai retrouvée en suivant les conseils d’un lecteur de ce blog (il se reconnaîtra!) me félicitant de ‘dépoussiérer’ mon vieil ordinateur. 

Esta mañana una cigüeña ha llevado un niño al Hospital Clínico, pero se ha despistado y no encontraba la salida.

La hemos rescatado y trasladado al Centro de Recuperación de Aves.

¡Enhorabuena a los nuevos padres 

Ce matin, une cigogne a ‘livré’ un bébé à l’Hôpital de Valladolid. Malheureusement elle a perdu son chemin pour ressortir et nous (la police de Valladolid) l’avons secourue et transférée au Centre de Récupération Ornithologique.

Tous nos voeux aux nouveaux parents!