Echec au roi…

On parle beaucoup du départ à l’étranger de l’ancien roi d’Espagne Juan Carlos 1er. Vous connaissez mes principes : pas de politique sur ce blog mais sachez tout de même que la gauche espagnole hurle contre cette fuite et que la droite tempère en parlant de voyage d’un citoyen qui n’a pas ( pas encore ?) d’affaire judiciaire contre lui (bien qu’il s’agisse de corruption avérée!) . Chacun se fera, en toute conscience, son idée sur le sujet !

Et pour ceux qui n’en savent pas plus que je n’en savais sur l’Espagne il y a 25 ans (eh, un peu d’humilité ne fait pas de mal non ?) voici en trois mots et quatre phrases, un résumé de l’histoire récente de mon pays d’adoption.

Alfonso XIII ayant été contraint à l’exil  en 1931, l’Espagne est devenue une république, mais tout le monde sait que les diverses régions composant la péninsule ibérique n’ont jamais été capables de s’unir et surtout de s’entendre, ce qui a provoqué une guerre civile de 3 ans et une arrivée au pouvoir de Franco pendant 36 ans.

En 1969 le ‘caudillo’ avait désigné le petit fils de Alfonso XIII, Juan Carlos de Borbón pour lui succéder.  A sa mort, en 1975, Don Juan Carlos devint donc roi d’Espagne. Force est de reconnaître qu’il a laissé un excellent souvenir pour la manière intelligente et compétente avec laquelle il a géré la transition d’une dictature vers une démocratie. Il a aussi été apprécié pour ses relations avec la noblesse mondiale et la bonne image qu’il a donné de l’Espagne.

Fin des louanges et place à une réalité récente, un peu moins gratifiante pour la monarchie…

Don Juan a justifié son prénom en fricotant avec de nombreuses maîtresses, au vu et au su de tout le monde, surtout à son épouse, la reine Sophie de Grèce ! La dernière en date de ses relations extra-conjugales est une noble allemande Corinna Zu Sayn-Wittgenstein, qui est au centre de la polémique des 100 millions (oui 100’000’000 de dollars) que l’ex-roi a touché de l’émir d’Arabie Saoudite comme commission pour la livraison du train à grande vitesse espagnol, avec bien sûr sa technologie d’avant garde, pour la ligne Médina – La Mecque. Le tout sous couvert d’une fondation avec siège dans une banque, tiens tiens… de Genève.

Je vous parlerai plus tard d’autres frasques de notre fameux roi ‘émérite’. Pour l’heure je viens de découvrir un volet de l’adolescence de Juan Carlos, occulté dans les livres d’histoire

Né en 1938 à Rome, où son père Juan de Borbón était en exil, il avait un frère qui n’a pas passé à la postérité. Je vous raconte pourquoi : En 1956, alors que Juan Carlos a 18 ans, il a tué son frère cadet d’une balle en plein front. Commentaire personnel : Vous connaissez beaucoup de balles perdues qui pénètrent aussi précisément en plein visage ?

Au prochain chapitre on reparlera des talents de tireur de cet ex-roi, mais sachez que l’arme avec laquelle son frère a été tué, lui avait été offerte par… un certain Francisco Franco ! En attendant ma prochaine publication sur le sujet, divertissons-nous avec le dessin de mon ami Sansón, qui brocarde le souverain déchu, qui serait actuellement en République Dominicaine :

 

« Bienvenue en République Dominicaine. Votre Majesté désire-t-elle être aller dans un endroit de sa convenance ? »

« Bon… Puisque maintenant tout le monde est au courant…  conduisez-moi au distributeur de billets de la banque le plus proche ! »

Prochainement sur ce blog, vous lirez la suite de ce feuilleton, intitulée Le roi des khons .

Royalistes, gens de droite, républicains, gens de gauche et même ceux d’extrême centre… s’abstenir !

Une pandémie de mensonges !

Quand la caféine m’énerve, je peux boire un décaféiné !

Si le confinement m’énerve… puis-je être déconfiné ?

Ce faux syllogisme me fournit le prétexte de pousser un coup de gueule au sujet d’une pandémie dont on ne vous a pas tout dit. Du moins pas toutes les vérités ! Dont acte :

Depuis quelques temps, je ‘rumine’, soupèse ce texte,  le remet en cause, réfléchis, hésite, et m’interroge sur sa pertinence. Mais comme je refuse d’entendre d’avantage de conneries (oups, pardon) souffrez que je pousse un grand coup de gueule, le dernier sur ce sujet …  promis, juré!

 Je ne suis pas médecin, ça se saurait, mais j’ajoute quelques digressions personnelles à la liste des personnes, paraît-il à risque.

1° Ceux de plus de 70 ans

Pensez-vous que l’âge seul soit en cause, sachant que presque tous les ‘vieux’ consomment 5 ou 6 cachets de chimie par jour, soit sur prescription soit en automédication ? images-2.jpegVous imaginez l’effet de cette overdose sur leur système immunitaire.  Bienvenue au virus !

Voir note de bas de page (1)

2° Les diabétiques

Je postule que cette maladie, à croissance maintenant exponentielle, doit beaucoup à une hygiène de vie lacunaire et une alimentation déplorable  Ça m’étonnerait que les 500 millions de ‘sucrés’ dans le monde (3.5 millions en France) souffrent de cette pathologie dès leur naissance.  Bienvenue au virus !

3° Les sujets en surpoids

Je devrais faire attention de ne vexer personne, moi qui ai toujours aimé des ‘fiancées’ plutôt bien en chair… mais merde, il faut appeler un chat un chat, un gros est un gros, un obèse est un obèse ! Qu’en pensent les 2 milliards d’humains en surpoids dans le monde ? Et les 700 millions d’obèses ? (Il paraît que c’est une maladie… mais étonnamment inconnue en 1940 à Ravensbrück. De qui se moque-t-on ?). Bienvenue au virus! 

4°  Ceux qui ont des problèmes respiratoires, cardio-vasculaires et d’hypertension

Je respecte sincèrement ces ‘vrais’ malades mais je persiste dans ma certitude d’en classer une partie au moins dans une sous-catégorie

4° Bis : Les ‘addicts’ à la chimie médicamenteuse                      

Voir note de bas de page (2)

Cette catégorie de drogués, parfois ‘à l’insu de leur plein gré’, comme le disait un coureur cycliste fameux, représente le risque le plus important. Les hypocondriaques devraient prendre conscience qu’ils se suicident lentement avec l’ingestion de pilules, gélules et autres ‘gâteries’.  Ces intrusions chimiques dans le métabolisme produit des effets secondaires, détruit la résistance aux autres maladies et annule l’immunité aux bactéries, champignons, parasites, agents infectieux et… oui : Bienvenue au virus !

Voir note de bas de page (3)

Pourquoi cache-t-on des informations essentielles sur la propagation du virus ? Par exemple en citant des produits et environnements à risque :

5° La pollution, surtout citadine

Unknown-4.jpeg

En 2018 l’OMS mettait en garde Turin (record d’Europe de particules fines en suspension), Milan et Naples. Rien n’a été fait et on a vu le résultat du carnage du Covid19 en Italie du Nord… Que fait-on à Paris, Madrid, Rome ? Bienvenue au virus !

Les antibiotiques

images-1.jpegOn se goinfre d’antibiotiques. Il est bien loin le temps de la simple pénicilline. Actuellement les gens consomment autant d’antibiotiques que moi du vin rouge (oups !) et leurs produits miracles, contrairement aux bienfaits du ‘tinto’, ne font plus d’effets. S’agit-il de la mitridatisation de l’humain, condamné à la spirale infernale des antibiotiques, des effets secondaires et des médicaments contre les effets secondaires ? Bienvenue au virus !

7° Le tabac

Pas un mot aux infos sur « les bienfaits » de l’herbe à Nicot sur vos bronches, mais on nous montre un troupeau de clampins faisant la queue pour acheter leur drogue légale.Unknown-1.jpeg

On les interroge, on nous montre leur gueule d’ahuris pendant que le Covid19  se pourlèche avant d’aller se loger dans d’appétissants poumons noirs de suie, obstrués et goudronnés à la nicotine. Beurk ! Bienvenue au virus !

Je renonce à publier une photo de l’état d’un poumon de fumeur. Je vous laisse consulter Internet ou regarder l’image sur votre paquet de clopes, juste sous la mention Fumer tue !

images.jpeg

 

Coluche disait : Choisis ton camp camarade. Alors orientez peut-être vos comportements différement. Bonne santé à toutes et tous. Souvenez-vous en cette période pascale qu’il y a peu de gens qui ont eu l’occasion de résuciter. Alors restez chez vous et ne sortez que pour acheter l’essentiel. Les clopes et le paracétamol peuvent attendre.

Mort au virus !

 

(1) Extrait d’une note officielle sur un site de santé : Au-delà de six médicaments, nul ne sait comment le corps gère le mélange de molécules. D’où la nécessité d’alléger l’ordonnance. Les médecins doivent proposer des alternatives non médicamenteuses (Sic !) si elles existent. Des expériences en Ehpad ont démontré qu’il est possible de réduire jusqu’à 30% le nombre de médicaments. 
(2) Il se consomme annuellement en France 250’000’000 (Oui, 250 millions) de boîtes de paracétamol. Un autre détail ? Ce marché génère 750 millions d’euros (5.8 milliards dans le monde)
(3) Pour le dessert, petite liste extraite des 30 médicaments les plus consommés ?
– 1 Paracétamol (Doliprane, Efferalgan, Dafalgan…) 
– 2 Aspirine (Aspégic, Kardégic…) 
– 3 Lévothyroxine sodique (Levothyrox, Euthyral, Thyrofix,     Euthyrox
– 4 Vitamine D (Uvedose)
– 5 Metformine (Glucophage, Stagid) 
Cette liste vous rend malade ? Moi aussi alors sautons au trentième, le
Vaccin grippal (Vaccigrip, Influvac, Immnugrip). V
ous connaissez ce vaccin dont des spécialistes disent qu’il ne sert à rien. Bon, je ne fais que répéter. Pour des informations complémentaires veuillez consulter votre médecin !

 

 

 

 

 

Un mot commençant par Co!

Qui a dit Confinement? Non, vous n’y êtes pas, et du reste c’est quoi le confinement? Je pensais à Couronne… ou Corona en espagnol. Ceci pour pour présenter le dessin de mon ami Sansón évoquant la positivité virale du Prince Charles d’Angleterre.

Avec mes  respects amicaux pour mes lecteurs royalistes, je me permets de vous donner un avis personnel, qui n’engage et ne met en cause personne d’autre que votre républicain serviteur: c’est bien la première fois que Charlot Les Grandes Oreilles est… positif!

5GMBigGU.jpeg

« Mon fils… vous vous attribuez une ‘Couronne’,  donc je vous soupçonne d’être capable de faire n’importe quoi ! »    « Alors, pour une fois, respectez votre mère et allez vous faire soigner… immédiatement!« 

Le Champagne me soûle !

Mais comme je n’en consomme jamais, je devrais plutôt dire que le Champagne me rend ivre de rage. Je justifie les raisons de ce courroux :

Ma commune d’origine se situe en Helvétie, dans le Canton de Vaud, au pied du Jura, le long du Lac de Neuchâtel. Elle est limitrophe d’un village de 1034 habitants au nom charmant de Champagne. Oui : CH-1424 Champagne, connu sous ce nom depuis l’an 155, j’ai bien dit cent cinquante cinq. Ça fait pas mal de temps non ? C’est une commune viticole qui produit un Chasselas parfaitement buvable, n’en déplaise aux pisse froids. Jusqu’en 1996, Champagne (Vaud, Suisse)  affichait son origine sur les étiquettes de ses bouteilles.

image.png

 

Conséquence des honteux accords bilatéraux entre la Suisse et l’Europe, l’appellation ‘Champagne’ a été totalement interdite pour les vins de Champagne, Vaud, Suisse !

Si les amateurs des Côtes du Rhône peuvent dire : On va prendre un verre de  Gigondas, je ne vois pas pourquoi ceux de Champagne, Fontanezier, Bonvillars ou Vaugondry  n’auraient pas le droit d’aller au bistrot, boire 3 décis de Champagne !

Et bien… non.

Le Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC), la très puissante et riche association, avec les meilleurs avocats de l’Hexagone et d’ailleurs, qui chapeaute les fabricants d’un pinard effervescent assez quelconque,  a réussi à faire interdire l’appellation Champagne pour un vin traditionnel, dit ‘tranquille’ donc sans bulles, produit depuis l’an 885, oui huit cent quatre vingt cinq, à Champagne, Vaud, Suisse !

Lâchés par les politiques, les vignerons de Champagne (Vaud, Suisse… bon on le saura !) ont eu à choisir entre crever de faim en renonçant à la viticulture ou changer d’appellation. C’est ainsi que le vin de Champagne est commercialisé sous le nom d’une commune voisine, Bonvillars.

Une coupure de presse souvenir :

En décembre 1998, le quodidien «24heures» racontait comment Jacques Chirac avait évoqué ce problème, à sa manière, lors d’un repas offert par le Conseil fédéral helvétique. Alors que le président Cotti se félicitait des «relations sans nuage» entre les deux pays, Jacques Chirac avait objecté: «Il y a une bulle». Il faisait référence au conflit concernant l’utilisation du nom «Champagne» qui opposait les producteurs de vin de la région de Bonvillars à ceux des prestigieux péteux de la région de Champagne dans l’Est de la France.

Il s’agit d’une histoire sans fin, s’agissant du combat de David (180’000 bouteilles produites annuellement à Champagne, Vaud) contre Goliath (304’000’000 flacons en Champagne, France. Vous avez bien lu : 304 millions de bouteilles contre 180 mille !)

Champagne, Vaud, produit du vin depuis l’an 885… alors que le l’inventeur du Champagne français, Dom Pérignon, est né en 1639 soit 750 ans plus tard.

Pour terminer ma distillation de fiel contre les marchands de mousseux des Ardennes et de la Marne, je me permets ( Je n’ai pas écrit je m’Epernay !), de faire un copié collé de Wikimachin assez éloquent, avec mes affectueuses excuses à un lecteur proche de la région concernée par mon coup de gueule. Il se reconnaîtra :

Pierre Pérignon, dit Dom Pérignon, né à Sainte-Menehould en décembre 1638 ou janvier 1639 et mort dans l’abbaye Saint-Pierre d’Hautvillers le 24 septembre 1715, est un moine bénédictin qui, selon la légende, a importé de Limoux, qui produit le plus ancien vin effervescent du monde, la méthode de la prise de mousse du vin dite méthode champenoise — il est de ce fait considéré comme l’inventeur du champagne.

La Blanquette de Limoux étant un vin à bulles existant bien avant le Champagne, un autre vin à bulles, me pardonnerez-vous le syllogisme iconoclaste : le Champagne n’est qu’un ersatz de Blanquette de Limoux ?

Il ne manquerait plus qu’un historien dise que la Blanquette de Limoux a été inspirée par la Clairette de Die, le Crémant du Jura, le Prosecco di Conegliano Valdobbiadene … et même l’excellent Baccara rosé de Satigny dans le canton de Genève! Pour ma part je ne bois (bien sûr avec modération !) que du Cava Catalan, un excellent mousseux élevé selon la méthode champenoise traditionnelle, une précision qu’ils n’ont pas le droit de revendiquer… Gare aux avocats de Reims.

Moi, j’ose affirmer que le Cava espagnol est élaboré selon la méthode champenoise traditionnelle… et si le C.I.V.C. (le comité champenois) devait me faire un procès, je sais que ceux de Limoux, de Die et du Cerdon me soutiendraient. Même dans la région de production du très bon Prosecco del Veneto, j’aurais l’appui d’une autre ‘association de malfaiteurs’, italienne celle-là…

A votre santé !

 

 

 

 

 

 

J’adore l’algèbre!

Lors de notre dernière escapade au bord de la mer j’ai séché mes traditionnels devoirs de vacances. A l’école on me notait déjà : Peut faire mieux. Nous allons donc essayer de ‘faire mieux’ pendant une nouvelle semaine sur le sable méditerranéen. Avant de reprendre la route je tente une session de rattrapage.

En algèbre certaines équations surprennent !

Exemple :

Eau fraîche  =   Rafraîchissement

Bière fraîche =  Rafraîchissement

Déduction : Si les deux sont des rafraîchissements il y similitude parfaite.

Donc :  Eau fraîche = Bière fraîche…   Eh ! eh !

Ça va ? Vous suivez ? On continue en simplifiant cette équation :

Eau fraîche = Bière fraîche

Il  reste, vous avez compris : Eau = Bière

Allons un peu plus loin avec une affirmation avérée ! Il est de notoriété publique que la bière c’est de l’alcool. Donc : Bière = Alcool

Comme nous avons vu plus haut que Eau = Bière on en déduit que

Eau = Alcool

Conclusion : L’alcool c’est de l’eau

Ce soir je n’aurai pas besoin d’éteindre la lumière et de me cacher pour boire le dernier verre d’eau… avec modération bien sûr !