La nourriture instinctive…

… est une manière de ‘consommer’ selon les envies et désirs du moment, si absurdes soient-ils. Par exemple: t’es en train de manger des tartines à la confiture et t’as envie de roll mops … Hop! Tu éminces un oignon et tu ouvres une boîte de harengs. Ne me dites pas que vous n’avez jamais goûté aux délices de la confiture avec des harengs?

Le temps passant, le système s´éloignant, la vieillesse approchant (Mouais… ‘approchant’ tu parles!) je me suis intéressé à cette idée saugrenue des envies instinctives.

Si j’ai bien compris, il suffit de ‘se farcir‘ toutes affaires cessantes ce que le corps réclame, sans concession pour votre éducation bourgeoise, vos principes intégristes, diététiques, rigoristes, religieux, politiques, même pudibonds! Vous me voyez venir hein? Envie de Jennifer Lopez ou pour vous Mesdames de David Beckham… bon c’est difficile à concrétiser mais il reste les fantasmes! Vous les mecs, gros cochons libidineux, avez tous une fois ou l’autre ‘besogné bobonne’ en pensant à la Bardot pour les plus vieux ou Laetitia Casta  pour les plus jeunes!

Vous avez peut-être été impliqués dans le scénario virtuel d’une super partouze mettant au plumard Brigitte et Laetitia en y ajoutant Robert Redford et Georges Clooney, ne précisant  ni l’ordre de la séquence ni le scénario car vous ne saurez jamais à qui rêvait votre nana en simulant un orgasme… Et si elle godait pour Paris Hilton ?

Revenons à une consommation instinctive moins ‘carnée’ que les ‘piipeuls-es’ cités-es plus haut : Par exemple des envies de raisin en février? Difficile mais il y a les OGM (Organismes Gentiment Macérés) genre marc, cognac, fine, armagnac ou calvados!

Vous ‘petit déjeunez’ (!) avec du miel et des fruits et avez une soudaine envie de camembert? Pourquoi attendre le repas de midi? Essayez plutôt d’incorporer ce produit laitier normand à votre salade de fruit! Attention! Je n’ai pas dit que c’était goûteux mais une envie est une envie, à vous de savoir si cette association correspond à votre fantasme du moment.

Je me jette parfois à en être malade sur une tablette de chocolat avec du Roquefort relevé à l’harissa, même après une choucroute garnie à la crème au kirsch et avant de me requinquer avec des cornichons au vinaigre arrosés de whisky pur malt… tout cela en vertu de

ma nouvelle hygiène de vie: la nourriture instinctive !

Allez! Bon appétit… je vous laisse car ma femme m’appelle pour ma collation vespérale diététique troisième âge avec un minuscule morceau de fromage maigre 20% M.G., trois biscottes sans gluten et un grand verre d’eau minérale! Bonne nuit.

 

 

 

 

Devoirs de vacances (1)

J’aime bien parfois « me tirer d’épaisseur » mais sans tomber dans l’aberration à la mode du copié-collé-partagé. Alors voici une rubrique qui sera ajoutée à ma page On en a parlé au bistrot! sous le titre de 

J’ai lu (et traduit) pour vous

Aujourd’hui on va parler d’aviation chinoise. Prêts ? Attachez vos ceintures, prenez un comprimé anxiolytique et localisez bien l’endroit d’où va jaillir le masque à oxygène ! Ready for taking off…

Fumer tue !

(Ce titre est offert par les cigarettes Marlboro)

 Se moquant des interdictions beaucoup de pilotes chinois fument dans le cockpit mais, c’est ce qu’ils prétendent, seulement avec des cigarettes électroniques (du reste aussi interdites). Nous sommes à bord d’un Boeing 737 de China Airlines reliant Hong Kong à Dalian en Corée du Nord. image.pngTout se passe bien et l’avion avec 162 passagers et 9 membres d’équipage vient d’atteindre son altitude de croisière. C’est alors que  les masques à oxygène se déploient et que l’avion fait soudainement une descente aussi imprévue que rapide, passant de 9’000 mètres à 3’000 mètres en quelques minutes puis remonte à 9’000 mètres comme si de rien n’était pour atteindre sans problèmes la Corée du Nord. Nous ne sommes plus au moyen âge et actuellement « tout se sait ». Donc à l’atterrissage les experts aéronautiques se sont penchés sur le sujet, avec quelques surprises à la clé, la première étant la raison pour laquelle les pilotes ont enfreint une règle aéronautique de base  : En cas de mise en action des masques à oxygène, même pour une raison bégnine, on doit poser l’avion sur le premier aéroport possible pour recharger le système en oxygène afin qu’il soit opérationnel en cas de nouveau problème avant destination ! Les inspecteurs ont trouvé plus grave : Le co-pilote a reconnu l’utilisation d’une cigarette électronique… mais il paraît que ça sentait très fort la fumée de nicotine dans l’avion. Il a été licencié quand on a appris que profitant d’une pause du commandement de bord qui avait momentanément quitté son siège, le co-pilote « en allumé une » mais pour éviter que la fumée et l’odeur n’atteigne la cabine des passagers, il a voulu éteindre le ventilateur faisant circuler l’air mais s’est trompé de commande, mettant hors de service le système d’air conditionné. Conséquence : La cabine des passagers a été touchée par la fumée de la cigarette ce qui a déclenché l’entrée en scène des masques à oxygène ! En attendant l’analyse des boîtes noires du Boeing 737 on ne sait toujours pas s’il y a eu dépressurisation dans l’avion et pourquoi les pilotes ont fait cette ‘plongée’ surprise.

Morale de l’histoire : Un fonctionnaire de l’Agence de Sécurité Aérienne chinoise, Qiao Yibin, en plus du licenciement du co-pilote, a annoncé ‘tolérance zéro’ à l’avenir envers des pratiques plus que généralisées de consommation d’herbe à Nicot, avec les plaintes réitérées des passagers souvent incommodés pas l’odeur du tabac !

 

Le tabac peut tuer dans les airs, à l’insu des passagers !

 

 

 

 

Vous allez enfin comprendre la politique espagnole!

Je lis chaque jour l’éditorial de Manuel Alcantara, un brillantissime et facétieux chroniqueur de mon journal ‘Idéal’. Je précise que M. Alcantara vient de fêter ses 90 ans. Oui 90 !

Il se réfère aux rapports entre Sanchez le nouveau président socialiste d’Espagne et le très provisoire chef du fragile gouvernement de Catalogne.

Ce qui semble certain est qu’il faudra encore de nombreuses réunions pour arriver à un ‘désaccord’ qui s’approche parfaitement du ‘bordel’ total qui n’a rien à voir avec le clivage gauche droite traditionnel. Aucune des deux parties n’est réellement de gauche. Juste qu’ils sont tous les deux ‘gauchers’ des deux mains.

C’est ce qui leur convient le mieux.

 

gauche droite.jpeg

Faire la pluie et le beau temps

 Impossible dites-vous ? Pourtant nous avons fait apparaître le soleil !

25 montgolfières sont réunies pour une concentration mais un brouillard épais qui n’avait aucune intention de se lever menaçait la réunion. Fallait-il annuler? Un pilote, « vieux de la vielle », nous a donné la solution : positionement des nacelles sur le terrain de décollage et tous ensemble dirigés par radio (Fréquence 122.25) nous avons activé nos  brûleurs en rythme coordonné, vidant chacun une bouteille de propane.

Sachant qu’un brûleur dégage environ 4 millions de kilocalories/heure, à raison de 2 brûleurs par ‘panier’ multipliés par 25 nacelles nous arrivons à un total mirifique de 200 millions de kilocalories/heure… suffisant pour créer un trou dans le stratus, permettant aux rayons du soleil de s’engouffrer sous la couche brouillardeuse, déclenchant un réchauffement exponentiel de la couche d’air au sol et provoquant en 20 minutes la dissipation totale du stratus. Il ne nous restait plus qu’à décoller sous un magnifique soleil automnal!

Donc à défaut de pluie nous avons fait le beau temps. N’hésitez pas à m’inviter pour vos prochaines sorties !

 

Cet article rejoindra ma page spéciale: « On en a parlé au bistrot! » 

Bonne lecture!