Devoirs de (fin de…) vacances N° 17 T’es écolo mon coco?

L’écologie oui, mais les ‘écolos’… non!

Dans les années 80, j’arborais ostensiblement cet autocollant sur mes véhicules, Kawasaki 1000 RX inclue! Pourquoi? Fils de bûcheron, petit fils d’agriculteur, je suis bien sûr né écologiste (sans le savoir!) et le suis viscéralement resté! Je l’étais même avant 1968, date à laquelle le mot ‘écologie’ issu de l’allemand ‘oekologie’, dont on trouve la trace dès 1866, mais oublié pendant un siècle, a été retrouvé par les révoltés de mai 68…

Malheureusement, les étymologistes et les linguistes ont oublié que  

L’ECOLOGIE EST UNE SCIENCE ET NON UNE IDEOLOGIE POLITIQUE. 

Laissons le thème de l’écologie aux scientifiques car c’est un domaine trop complexe pour les politicards, de quelque bord soient-ils.

Tiens! Savez-vous que le diminutif  ‘écolo’ a été créé pour parler de ceux qui devraient s’en tenir à ce qu’ils peuvent peut-être comprendre?

J’ai exhumé un texte écrit il y a une vingtaine d’années et le moins qu’on puisse en dire est que j’ai de la constance dans mes idées.

La définition d’écologie est : Etude des milieux où existent des êtres vivants ainsi que des rapports de ces êtres entre eux et avec le milieu.Ce nom, tombé en désuétude, est revenu à la mode dès 1968. Peu de personnes en avaient entendu parler avant.C’est un apport des jeteurs de pavés et vous avez de la chance qu’ils eussent été peu érudits, car vous auriez dû, en plus d’écologie, apprendre les corollaires : biocénose, bioclimatologie, biogéographie, biomasse, biosphère, biotope et même éthologie. Vous l’avez échappé belle !De famille d’agriculteur et de bûcheron, je pouvais déjà m’exprimer sur « l’étude des milieux où existent des êtres vivants (sic !) » avant d’avoir su à quoi correspondait cette définition. Mon grand-père et mon père respectaient les lois de la nature, à savoir qu’un arbre sort de terre, grandit, s’épanouit, devient gros, subit les attaques du temps, des connards, des intempéries, survit parfois, dépérit souvent, meurt… puis est remplacé par une nouvelle pousse ! 

C’est ça l’écologie

Mon père, écologiste bien avant que les soixante-huitards ne remettent à la mode ce mot du XIXème siècle, aurait pu être mieux payé si, au lieu de bûcheron, il s’était proclamé «Technicien en Ecodendrologie»! Mieux même: comme il maîtrisait le message des cernes annuels sur les troncs coupés, déterminant l’âge de l’arbre et son historique de croissance, en adret ou en ubac, il aurait pu prétendre au titre d’Ingénieur en dendrochronologie climatique

Mes crocodiles chéris !

Crocodiles?… Pourquoi ce titre ? Parce que les lézards, les alligators et les crocodiles c’est caïman la même chose !

Je vous ai déjà parlé de nos sauriens préhistoriques, ces reptiles du ‘mésoïque secondaire’ qui sont nos étranges animaux de compagnie.  Quelques recherches sur ’la toile’ m’ont fait penser aux  élèves confinés, condamnés à suivre leur classe sur un écran… Moi non plus je n’aime pas lire sur un écran mais c’est parfois pratique et j’ai le choix, contrairement aux élèves confinés. Alors pour eux, voici une petite leçon de science animale sans prétention.

Bonne lecture les louloutes et les loulous !

Vos parents, qui me lisent, savent que le Lézard ocellé appartient à la catégorie des sauriens, famille des lacertidae. C’est le plus grand lézard d’Europe, qui peut mesurer, queue comprise, jusqu’à 70 cm de longueur.

IMG_0934.jpg
En cette période précédant les amours, c‘est rare de voir un lézard ocellé avec la totalité de sa queue, car il a tendance à rester près de son terrier et on ne voit pas souvent son appendice caudal. Et pourtant, avec la patience propre au confinement, on réussit parfois ce genre de cliché. Longueur totale actuelle estimée: 40 cm! 

Ce lézard du Sud qui vit une dizaine d’années, est malheureusement en voie de disparition. Triste fin d’une très longue ère, sachant qu’on a retrouvé des squelettes fossiles de ce sympathique reptile il y a 2.6 millions d’années, à la même époque que les premiers dinosaures ! Espèce protégée, sa capture est strictement interdite et les collectioneurs terrariophiles hors la loi.

Ses prédateurs principaux sont la couleuvre de Montpelier, le milan noir, la buse variable et l’aigle royal. Chez nous leurs terriers sont assez protégés,  près de la maison (Hé hé ! Pas bête les ‘lepidosauria’), dans des rochers assez escarpés, qui rendraient l’aterrissage des grands volatiles un peu hazardeux !

Le borgne de naissance que je suis a découvert une étrange particularité propre à certains sauriens : la possesion d’un « troisième œil ».

« Y m’donnent des complexes en croisant mon regard monoculaire… avec leurs trois ‘sensors’ ! »

Ce troisième œil, sur le haut du crâne, est appelé pinéal. Chez notre lézard ocellé, logé sous les écailles crâniennes, il n’est pas visible et a perdu sa fonction originelle de la vue, mais il capte les sources lumineuses, qui régulent son horloge interne et lui permet de détecter les ombres et les mouvements.

Autre organe ‘sensoriel’, sa langue qui, comme chez de nombreux reptiles, sert à repérer proies et phéromones. Bon, mes petits élèves, pour le sens de phéromones il vous faudra attendre d’avoir l’âge de lire Les fourmis de Bernard Werber !

Pour ceux qui en voudraient à son intégrité physique, notre ‘lagarto ocelado’ a une capacité d’autotomie, c’est-à-dire de perdre volontairement une partie de sa queue, permettant de distraire l’agresseur en lui laissant un maigre butin ou en lui échappant si celui-ci retenait le reptile par la queue. Notons que sa queue se régénère et donc qu’elle repousse !

Le dimorphisme sexuel, encore un terme savant, permet de  reconnaître le mâle de la femelle, mais c’est compliqué, vous allez le voir !

Couple_lézards_ocellés.jpg
Cette photo provient de Wickimachin et la légende dit que le mâle, à droite, présente très distinctement une tête épaisse et robuste, aux bajoues fortes, alors que celle de la femelle est plus menue.

 Je serais heureux de connaître votre appréciation, vous les jeunes qui avez bonne vue… moi je ne vois pas de grande différence ! Un autre critère de détermination sexuelle consiste à compter les bandes d’écailles qu’il a sous le ventre. Le mâle en a 30 à 33, la femelle 33 à 36. Allez, les gosses : soyez sympa et demandez à votre maman si elle veut bien m’aider à tenir l’animal afin que je puisse vérifier le sexe de mes pensionnaires !

On dit aussi qu’on reconnaît la femelle quand elle est gravide (ne cherchez pas dans votre Larousse : ‘gravide’ signifie qu’elle est portante) à cause de son corps très gros et dilaté.  Pffffffff !  Autant disserter sur le sexe des anges et se lancer dans l’étude des poissons rouges ! 

Le lézard ocellé est un reptile poïkilotherme. Désolé mes chéris, c’est encore un mot pédant rappelant l’aphorisme : La culture c’est comme la confiture… moins on en a, plus on l’étale !  Alors ‘poïkilotherme’ signifie qu’il gère sa régulation thermique en passant de nombreuses heures au soleil (dans une autre vie je veux être lézard !) pour maintenir sa température à environ 24 °.

Dans le monde animal il y a 3 stratégies de reproduction : les vivipares (naissance du petit vivant), les ovipares qui pondent des œufs, que les oiseaux couvent ou les lézards laissent à leur destin sans autre préoccupation, et les ovovivipares, oui ovo-vivipares, dont les œufs  (avec une membrane souple et non une coquille… aïe !) éclosent à l’intérieur de la mère et les petits naissent comme les vivipares !

La nature est passionnante, n’est-ce pas ?

Tiens, une  information à peine croyable : la couleuvre est ovipare, tandis que la vipère est ovovivipare. Allez savoir pourquoi !

 

Bon les enfants ! Il est moins cinq… rangez vos cahiers… éteignez votre écran… c’est l’heure de la récréation que vous avez bien méritée!

Black Friday en novembre, Noël en décembre !

Ceux qui suivent mon blog Au temps des automobilistes

https://histoiresdautomobilesetdemotocyclettes.com

savent déjà que nous partons pour quelque temps au bord de la Méditerranée. Il est temps de préciser que, pour éviter d’être la cible des intégristes de la COP 25, qui se tiendra en Espagne après la défection du Chili, dès le 2 décembre, nous appliquerons le « flygskam » une expression suédoise qui signifie paraît-il : « Honte de prendre l’avion » et voyagerons dès lors en camping car (*).

(*) Pour Greta je précise que notre véhicule est récent, équipé légalement d’un filtre à particules fines et d’un catalyseur, qu’il a passé l’I.T.V.  (Inspección Técnica de Vehículos), et que notre carburant est taxé à raison de 56%, dont une partie devrait revenir à la protection de l’environnement… c’est du moins ce que disent les politiciens, auxquels on peut se fier hein ?

Non ? Ah ! Bon…

 

Allez ! J’emboîte le pas à la mode et rejoins la lutte pour le climat : après avoir renvoyé chez Ah Ma Zone par une charrette tirée par une mule, le 2% de mes achats indispensables pour célébrer le Friday des Negros… et aussi le Wednesday des Blancos (ce sera le 25 décembre), je m’engage à ce que notre prochain voyage se fasse… en voilier par le Guadalquivir, qui passe à moins de 20 km de chez nous, et que l’équipage revienne dans la Sierra de Segura en auto-stop, après avoir signé une charte dans laquelle ils promettent de ne héler que les véhicules propulsés à l’électricité nucléaire…

Et chez vous, ça va ?

Je compatis à vos souffrances dues à la pluie ou au manque de pluie, au froid ou  ‘pas assez de froid pour tuer la vermine’, à la neige même, en attendant que les profs de ski et les déneigeurs défilent en ville pour se plaindre… du manque de neige ! Je pense aussi aux actifs français qui n’ont pas eu d’augmentation de salaire depuis la période napoléonienne et qui n’en auront pas non plus avec l’empereur actuel. Je ne parle pas des retraités, qui emmerdent le peu de travailleurs qui restent, en descendant dans la rue avec leurs pancartes à la ‘mors moi le machin’ ! Donc, avant d’aller passer du bon temps sur le sable de la Costa Tropical voici, pour vous remonter le moral, un strippe de mon ami Carlos Hernández, mettant en scène les personnages paléolithiques d’Orceman, avec des préoccupations plus que contemporaines.

image.png

« Tous les signaux indiquent que la fin du tunnel est proche ! »

« Tu veux dire que nous allons enfin sortir de cette terrible crise ? »

« Non, non… juste qu’à la sortie du tunnel il y a … un énorme précipice ! »

 

Je vous souhaite d’heureuses ‘festiconneries’ à venir et ‘toutes ces sortes de choses’…

Déjà une semaine…

… que mes vacances sont terminées mais je milite pour une reprise ‘moderatissima’ de mes activités ‘blogueriennes’. Va donc pour un dessin de mon ami Carlos Hernández le créateur de Orceman, l’homme des cavernes, que mes lecteurs connaissent bien. Afin de ne pas déjà endommager mes petites cellules grises pour traduire les phylactères, je choisis un dessin sans paroles. Hé! On ne va pas tout de suite se fatiguer, non mais…

Voici donc un ‘strip’ plein de poésie que j’adore. Et vous?

 

34667649_1642535352510691_3840223391424446464_n.jpg

Hygiène suicidaire?

Nous utilisions depuis des années un produit de douche appelé Le Petit  Marseillais. On le trouvait partout, même à la Coop en Suisse, chez Auchan en France, Aldi en Allemagne et Mercadona en Espagne. Il y avait plusieurs parfums et nous en étions contents.images.jpeg

Point final? Eh! Bien NON!

Tout allait bien jusqu’à ce que je lise le boniment des fabricants. C’est écrit de manière parfaitement lisible, surtout au début. Renseignons nous:

 

1° Mandarine + Citron

2° Hydrate et rafraîchit

3°a. La mandarine est connue pour son caractère aromatique fruité

     b. Le citron est riche en vitamine C. Il a une action tonifiante.

Au point 4° on en vient aux composants.

Et là il faut songer à des aides à la lecture car les caractères font une cure d’amaigrissement. Une loupe n’est pas de trop.

 Avant de vous énumérer les composants je vous dois un

AVERTISEMENT

 Âmes sensibles et tous ceux qui en ont ras le cul d’être pris pour des cons, évitez de lire la composition du Petit Marseillais.

Ceux qui persistent à tenter l’aventure pour leur douche doivent savoir qu’il y a des dangers. Couvrez-vous, attachez vos ceintures et revêtez une combinaison étanche.

Prêts? On y va!

Composition:

Eau (Jusque là ça va non?)

Sodium Laureth Sulfate, glycérine, Cocamidopropyl Betaine, Polyquaternium -7(Vous avez vu -7? On l’a échappé belle… ça aurait pu être du Poly machin -9 ou -15)

Citrus Aurantifolia Peel Extract, Cocamide MEA, Sucrose Cocoate, Propylène Glycol (Voila une chose qu’elle est bonne aurait dit Coluche!)

Disodium Cocoamphodiacetate, Lauryl Glucoside, Polysorbate 2°, Ceteareth-60 Myristyl Glycol (Au moins avec le glycol on ne va pas se les geler!)

Sodium Chloride, Tetrasodium EDTA, Citric Acid (Aïe!)

Methylisothiazolimone (Une pleine ligne pour ce produit miracle! )

Sodium Benzoate, Parfum (Tiens celle là je comprends!) Limonene, CI 47005, CI 19140, CI 42051 (Nom de dieu ça doit être du lourd!)

 Pfffffffffffffffffffffffffffffffffffffff…

 Vous faites comme vous voulez, même revenir au bon vieux savon de Marseille que nos voisines andalouses, même les plus jeunes, n’ont jamais cessé de fabriquer. Du temps de mon enfance on utilisait ce savon une fois par semaine et nous avons survécu, probablement en meilleure santé que certains jeunes metrosexuels hyper ‘hygiénisés’ qui ont appris à passer trois fois par jour de la douche à la baignoire au lavabo et on recommence.

Tiens… Une petite digression: L’humoriste Jack Rollan racontait avoir côtoyé un serveur dans les toilettes d’un fameux restaurant parisien qui s’était lavé les mains avant de passer à l’urinoir. Il ajoutait: Il y en a qui se lavent les mains avant d’uriner, d’autres après… certains même se lavent les mains avant et après. Il concluait que ces derniers se lavaient certainement plus souvent les mains que le… bon vous m’avez compris!

 En matière de produit de douche nous avons décidé de revenir à une bonne vieille connaissance: un gel de la marque Weleda, une enseigne des anthroposophes d’Anton Steiner qui date de 1921. Unknown.pngQuand on connaît leurs exigences, je dis bien exigences écologiques… les vraies, on devrait échapper pendant quelques mois encore à certaines maladies à la mode. Mais on ne sait jamais…

 

Bon… Bain… Douche!