Vous avez oublié le virus?

Si vous l’avez oublié, lui doit bien se marrer! Je m’étais exprimé ici même sur mon peu de confiance dans la masse de gens à qui on donne trop de liberté d’un coup, après des mois de confinement. J’avais évoqué la mentalité de troupeau à laquelle nous n’échapperons pas! Pour les exemples il suffit d’ouvrir l’abrutisseur couleur pour en prendre conscience. 

Je ne me sens pas trop concerné car je réunis toutes les conditions de résistance aux maladies: ancien sportif en bonne santé, nourriture saine, activités physiques régulières, diète méditerranéenne, jamais vu de médecin, jamais entré dans une pharmacie, jamais consommé d’antibiotiques ni de médocs, j’ignore les pilules que ceux de mon âge engloutissent chaque jour…

Donc je répète que je n’ai que très peu de risques au sujet du virus à la mode. 

Ceci dit, je suis beaucoup plus inquiet pour l’avenir des ‘troupeaux’ dans les salles de spectacle, à la plage, dans les moyens de transports publiques et dans les stades de sport…

Oui, je sais que tout le monde n’a pas pu choisir de vivre au fin fond d’un parc naturel, dans une maison isolée, près d’une rivière, complètement éloignée de la civilisation. C’est pourquoi je pense à vous et me préoccupe de votre santé! 

Restez vigilants, ne baissez pas la garde, ne vous moquez pas de ceux qui respectent les directives gouvernementales, protégez-vous, protégez votre famille et les autres!

Les grands voyages outre mer, les vacances sur le sable et les incontournables festivals musicaux de l’été… attendront des jours meilleurs. Je pense que la vie a plus d’importance que les divertissements de masse paraît-il obligés non?

Avec la réouverture des commerces, je m’offre parfois une escapade au village pour prendre une bière sur une terrasse et acheter mon journal. C’est le manque de presse écrite dont j’ai le plus souffert pendant ces derniers mois. Et le plaisir de retrouver mon ami, le dessinateur de presse Sansón.

Voici son dernier ‘strip’ à l’occasion de la levée de l’état d’alerte en Espagne. On peut en rire mais pas trop. Je dédie cette publication à un ami blogueur/dessinateur de talent, qui a publié pas mal d’anecdotes picturales au sujet du virus. Salut Gilles!

 

1JDcmUX-

Pour une fois je n’ai pas besoin de traduire…

Célébrons!

Oui, célébrons la fin de cette première semaine d’une quasi liberté retrouvée…

Ne sachant pas si l’enthousiasme va perdurer, il faut profiter de fêter le moment présent, mais restons vigilants et prudents face à ce virus de merde!

Je répète les gestes barrières: Se laver les mains, distance entre les humains… j’en oublie? Ah! Oui: Garder le sourire. Dont acte:

Postulant que vous ne viendrez pas en Andalousie cet été et que vous risquez d’oublier vos cours d’espagnol, voici deux petits stripes de dessinateurs peu connus, avec mes affectueuses excuses à l’ami Sansón, ma référence habituelle!

 

Le premier est de Ramón:

Ramón

« Il faudra bien concilier la lutte contre la pandémie avec la récupération économique! »

 » Ou tu prends le risque de contracter le virus N°19… Ou tu prends le risque de mourir de faim… mais en parfaite santé! »

 

Ce dessin est d’un autre collaborateur de mon quotidien, qui signe ‘Idigoras y Pachi’

EXz8TqjXkAMJCto

Une voix qui « vient d’en haut (Sic) »:

« Vous avez fait tout faux!! »

« Et comme ça? C’est mieux?« 

 

Parmi vous, mes lecteurs fidèles, certains sont aussi abonnés à mon blog consacré à l’automobile des années 60/70. Je prépare la dernière partie d’un triptyque d’hommage à Stirling Moss, un pilote exceptionnel qui vient de décéder, dans son lit, à passé 90 ans. 

Au temps des automobilistes   https://histoiresdautomobilesetdemotocyclettes.com

 

 

 

 

 

C’est quoi cette histoire de virus?

Il est improbable que l’Espagne soit votre destination de vacances cet été. Même si c’est catastrophique pour le tourisme ibérique, c’est mieux pour vous, croyez-moi! Du reste il y a d’autres destinations aussi performantes pour vous faire rouler, voler, exploiter et arnaquer: Restez en France ou en Suisse… par exemple!

Votre renoncement forcé à la Costa Brava ou aux plages andalouses ne doit pas vous empêcher d’améliorer vos connaissances de la langue de Cervantès. Peut-être pour 2021? Je continue donc à vous aider avec ma rubrique « Apprendre l’espagnol… avec le sourire », une fois de plus avec des ‘strips’ de Sansón:

 

EV8utsJXsAAhVGz.jpeg

« Ça fait plus d’un mois que mes petits enfants ne viennent pas me donner un baiser! »

« Quelle chance… Vous avez des petits enfants extraordinaires! »

EWG1_rrXsAACvsW.jpeg

 » Il semble que nous, les anti-vaccination, devions attendre au moins une année pour protester contre le vaccin du coronavirus! »

 

Depuis le temps que je vous parle de « mon ami » le dessinateur Sansón, voici l’origine de mes affinités avec ce truculent personnage:

Sansón, de son vrai nom Rafael Vega, dessine pour plusieurs journaux espagnols. Vous êtes comme moi au début: vous trouvez que ses personnages sont une horreur, comment peut-on en dessiner de si laids? Faites comme moi, oubliez le trait de crayon et appréciez la pertinence de certaines situations.

Pourquoi dis-je mon ami? Très attaché à la propriété intellectuelle je ne voulais pas publier ses dessins et les traduire sur mon blog, sans lui demander la permission. Voici donc sa réponse:

 

Hola, Norbert

Te agradezco el interés que te has tomado para contactar conmigo y pedirme permiso para difundir algunas de mis viñetas publicadas en los diarios de Vocento en tu blog personal y traducirlas para uso y disfrute de tus « lectores privados ». Por supuesto, cuenta con mi permiso, además de con mi aplauso por una iniciativa tan amable y original.

Recibe un cordial saludo que pido hagas extensivo a Alma y Ronda.

Rafael Vega ‘Sansón’

 

Traduction sommaire:

Merci pour ton intérêt et pour m’avoir demandé la permission de diffuser certaines de mes vignettes dans ton blog personnel et d’en traduire les dialogues pour tes lecteurs privés. Je te donne bien entendu mon autorisation, avec des applaudissements pour ton initiative aimable et originale.

Reçois un cordial salut, que je te demande de transmettre aussi à Alma et Ronda *

* Le nom de nos deux chiennes  de l’époque !

Rafa Vega Sansón 2.jpg

 

Il y a une autre raison à notre affinité, que vous comprendrez à la vue de son portrait. On comprend aussi l’origine de Sansón…

Pour ceux qui ne me connaissent pas je donne un indice: Nous avons le même coiffeur!

 

 

Toujours le confinement… désolé!

Je reprends l’idée de vos très éventuelles vacances estivales chez nous, avec un dessin de l’ami Sansón pour améliorer vos connaissances en espagnol et rire un bon coup, car je postule que nos gouvernements n’arriveront pas à confiner la bonne humeur!

CyXr1qPm.jpeg 

« Vous arrivez en retard au télé-travail! »

« Oui et je vous présente mes excuses car je n’avais pas imaginé un tel embouteillage matinal… à la porte de la salle de bains! »

Vive l’optimisme, merde au virus, sabre au clair, attaquons l’avenir…

Avec ma femme, pour profiter du ‘confinement’ propice à certaines activités, nous voulions faire des enfants. Mais avant de nous mettre ‘en chantier’ nous avons consulté les précautions à prendre en ces moments de panique ‘coronavirale’ :

1° Se laver les mains… pas de problèmes pour cette élémentaire mesure d’hygiène. Mais, faut-il se laver les mains avant ou après les étreintes ?

2° Pas de contact physique… là ça se complique.

3° Maintenir une distance d’au moins un mètre cinquante… Quid de la télé insémination ou recours au image.png‘Coronasustra’, sans aller jusqu’au au passage en force genre 49.3…

 

Avant cette pandémie, nous avions déjà manqué de réussite,  à cause d’une  protection pour un autre risque : Sortez couverts qu’y disaient ! Si j’ajoute la ménopause de ma partenaire et ma vasectomie, l’affaire était mal barrée.

Nous avons alors pensé aux entreprises de livraison à domicile comme DHL, Euro Cargo, UPS ou Courrier Express, mais finalement choisi un service, très connu autrefois mais maintenant tombé en désuétude :

« Télé Cigogne Baby Service »

 En attendant les résultats de nos démarches, voici un petit reportage, que l’ai réalisé au bord de l’Atlantique, prouvant que ces volatiles livreurs de nourrissons sont toujours d’actualité !

image.png

 

Je passe ma vie à apporter des bébés…  au détriment de ma descendance. Il est grand temps de penser à m’établir et de fonder une famille non ? Tiens! Que vois-je? C’est quoi cette tablette bizaroïde?

 

image.png

 

 

C’est une invention des humains semble-t-il.
Allons voir de plus près.

image.png

 

 

 

Il faut se poser doucement. car ce n’est peut être pas solide.

Oups! Jusque là ça tient!

image.png

 

 

 

Dis chérie: Tu ne crois quand même pas que nous allons construire un nid sur ce ‘tabouret’ ?

 

 

 

 

Moi je retourne dans notre construction traditionnelle…

image.png

image.png

 

Ça c’est du nid, fait maison, avec des matériaux naturels et ça a une autre allure que vos tablettes!

Tu viens chérie je t’attends?

 

 

 

image.png