Chez nous c’est « Jurassic Park »

Dans un texte du 6 juillet 2018 « Du lit au sofa et du sofa au lit », un titre bizarre relatif à un décollement du vitré de mon œil valide, je philosophais à l’idée de profiter de ce repos forcé  pour observer la flore et la faune de notre parc naturel de la Sierra de Segura.

Je vous avais présenté nos hôtes un peu spéciaux, du nom vernaculaire de Lagarto Ocelado — Timon Lapidus en latin et Lézard Ocellé en français — des sauriens multicolores, les plus grands d’Europe qui peuvent, dit-on, dépasser 80 cm de longueur.

Un des ‘nôtres’ avait ses habitudes de résident car ma femme lui réservait quelques friandises à l’heure du déjeuner.

image.png

Le coquin se positionnait sous la fenêtre de la cuisine à 14:00 heures précises, attendant un peu de fromage, de sauciflard, de bacon ou de poulet !

 

 

 

Chaque année les petits arrivaient, de je ne sais où, pour passer l’été sur notre terrasse, prenant le soleil sur la couette de notre chienne,

 

Bébé lézard.jpg

 

dans le tas de bois de chauffage:

image.png

 

ou dans les anfractuosités des rochers qui bordent notre maison. Ils disparaissaient à l’automne, après avoir doublé de taille, pour une destination d’hivernage inconnue.

L’an dernier, deux au moins se sont installés dans un trou rocheux naturel à une dizaine de mètres de la maison. Nous les avons même surpris, l’un sur l’autre, ce qui nous incite à penser… qu’il s’agissait d’un couple assurant l’avenir !

Il y a quelques semaines, par une trop chaude journée de février, un des reptiles est sorti de son ‘domicile’, mettant le nez au soleil. Oups, j’ai failli écrire ‘sorti de son confinement‘ !

D’une longueur de plus de 25 cm, sans compter la queue, et un  corps de près de 3 cm de diamètre !

image.png
Notre saurien N° 1. Précision du photographe: Même avec un 400 mm il faut normalement  s’approcher trop près du saurien pour réussir ce genre de photo. J’ai profité que le dormeur sortait à peine de son terrier et qu’il n’était pas encore complètement réveillé. Merci mon petit monstre antédiluvien de m’avoir laisser venir si près de toi!

Avec notre climat continental  la température est redescendue à des normes hivernales et le bestiau a regagné ses pénates pour continuer sa longue nuit hivernale. Il y a deux jours nouvelle sortie mais surprise : d’un trou voisin à quelques mètres, un autre quadrupède à courtes pattes (non ce n’est pas notre basset
qui n’a pas une aussi longue queue!) est aussi venu profiter du soleil printanier.

IMG_0904.JPG
Le n° 2 sort très précautionneusement de son domicile hivernal, pas très rassuré car on lui a certainement dit que la Gardia Civil  veille au respect du confinement!

 

Nous les observons, à longueur de journée, mais en continuant nos activités habituelles : couper du bois, ne pas oublier ‘l’aperitivo con tapas’, passer le Karcher, allumer le ‘barbacoa’, jardiner et aménager les plate bandes, nous appliquant à ne pas trop effrayer nos ‘squatters’. Mais nous avons décrété qu’ils devaient s’adapter à la coexistence, tant avec notre chienne qu’avec nous. Nous savons qu’ils vont très vite apprendre où et quand certaines petites ‘tapas’ tombent de la fenêtre de la cuisine…

Ah ! J’oubliai : ce matin j’ai surpris le locataire du terrier N° 2 (photo ci-dessus)  à mi- chemin entre son terrier et celui du N° 1. Aurais-je perturbé un rendez-vous galant ? Souvenez-vous de la phrase du biologiste Jean Rostand, mon maître à penser :

L’homme est le seul animal assez stupide de prendre sur son temps de sommeil pour se reproduire.

Affaire à suivre !

Vive l’optimisme, merde au virus, sabre au clair, attaquons l’avenir…

Avec ma femme, pour profiter du ‘confinement’ propice à certaines activités, nous voulions faire des enfants. Mais avant de nous mettre ‘en chantier’ nous avons consulté les précautions à prendre en ces moments de panique ‘coronavirale’ :

1° Se laver les mains… pas de problèmes pour cette élémentaire mesure d’hygiène. Mais, faut-il se laver les mains avant ou après les étreintes ?

2° Pas de contact physique… là ça se complique.

3° Maintenir une distance d’au moins un mètre cinquante… Quid de la télé insémination ou recours au image.png‘Coronasustra’, sans aller jusqu’au au passage en force genre 49.3…

 

Avant cette pandémie, nous avions déjà manqué de réussite,  à cause d’une  protection pour un autre risque : Sortez couverts qu’y disaient ! Si j’ajoute la ménopause de ma partenaire et ma vasectomie, l’affaire était mal barrée.

Nous avons alors pensé aux entreprises de livraison à domicile comme DHL, Euro Cargo, UPS ou Courrier Express, mais finalement choisi un service, très connu autrefois mais maintenant tombé en désuétude :

« Télé Cigogne Baby Service »

 En attendant les résultats de nos démarches, voici un petit reportage, que l’ai réalisé au bord de l’Atlantique, prouvant que ces volatiles livreurs de nourrissons sont toujours d’actualité !

image.png

 

Je passe ma vie à apporter des bébés…  au détriment de ma descendance. Il est grand temps de penser à m’établir et de fonder une famille non ? Tiens! Que vois-je? C’est quoi cette tablette bizaroïde?

 

image.png

 

 

C’est une invention des humains semble-t-il.
Allons voir de plus près.

image.png

 

 

 

Il faut se poser doucement. car ce n’est peut être pas solide.

Oups! Jusque là ça tient!

image.png

 

 

 

Dis chérie: Tu ne crois quand même pas que nous allons construire un nid sur ce ‘tabouret’ ?

 

 

 

 

Moi je retourne dans notre construction traditionnelle…

image.png

image.png

 

Ça c’est du nid, fait maison, avec des matériaux naturels et ça a une autre allure que vos tablettes!

Tu viens chérie je t’attends?

 

 

 

image.png

 

Encore la Saint Valentin!

Hier on a entendu pas mal de commentaires sur la Saint Valentin. Par exemple, mon ami Gilles et ses dessins géniaux, mon amie Amélie et ses sujets de réflexion toujours frappés au coin du plus parfait bon sens mais sans oublier les romans noirs de l’ami Ernest…

Rien a jouter si ce n’est que dans notre couple la St-Valentin c’est le 14 février. Mais le 14 seulement… Dès le 15 on reparle d’avocats!

 

image.png

 

Libido, jouissance et toutes ces sortes de choses

Ce texte est polémique, iconoclaste, peut-être choquant… et surtout peu politiquement correct mais à mon âge on a le droit de dire ce qu’on pense.

De plus avec les récentes révélations des délicieuses pratiques de cet emplumé de Barbarin, (Oui le fameux cardinal de Lyon !) je ne vais pas me gêner. Dont acte.

Ces confidences ne sont pas à mettre dans toutes les mains ni… dans toutes les bouches. Vous m’avez compris ! Vous êtes prévenus (et surtout prévenuES !) que si vous continuez à lire ce pamphlet ce sera à vos risques et périls… Et en cas de pathologie de rejet, de traumatisme psychique et d’effets secondaires il ne vous restera plus qu’à aller à ‘con_fesse’ chez le Primat(e) des Gaules lyonnais… Avec Babar ça repart mais ne perdez pas de temps car il paraît qu’il va démissionner !

J’avoue !

Dès la puberté j’ai été jouisseur, branleur, bandeur, libidineux, toutes spécialités incluses. J’en ai usé (oh ! là là), parfois même abusé. J’ai pratiqué tous les genres : Des partenaires mignonnes, très jolies, laides aussi, grosses, voire très grosses… Même plus âgées que ma propre mère ou plus jeunes que ma propre fille, pour ne pas parler d’expériences qui étaient de genre pas très féminin! Dois-je me justifier puisque tout le monde est comme moi… ou presque? Tout le monde lit, tout le monde regarde la télé, tout le monde s’est hasardé sur des sites Internet peu avouables, tout le monde sait, tout le monde s’est touché (ou fait toucher!) sous les couvertures ou ailleurs, tout le monde a envie, tout le monde aurait aimé ou aimerait essayer quelque chose de nouveau, tout le monde bande, jouit… mais tout le monde se bouche les oreilles, tout le monde détourne le regard…

Tout le monde est un peu faux cul… en matière de cul !

J’ai aimé les fantaisies sexuelles et assume mes fantasmes, mon mode de fonctionnement et mes anciennes pulsions: Par exemple, la ‘bête à deux dos’, me faire ‘agacer le sous-préfet’ et je n’hésite pas à évoquer les ‘concerto de clarinette à moustaches’, ‘se faire une paire de bacchantes avec l’angora d’une frangine’ ou ‘mettre la paluche dans la boîte à ouvrage d’une lamdé’…

Je vous sais l’esprit assez souple et affranchi pour me comprendre et même ceux qui «n’entravent que dalle quand je jaspine l’arguemuche» subodorent l’impertinence, le travers vicieux, le franchement cochon et sont priés ne pas lire la suite qui risque de choquer leur morale, leurs convictions radicales socialistes et remettre en question des années de vertueuse éducation catholique ou calviniste ! Adieu, ciao, au revoir merci à la prochaine !

 

Pour ceux qui restent (tiens vous êtes là les curieux?), j’avoue avoir parfois payé des dames (vous savez celles qui fument dans la rue et qui disent ‘tu’) pour assouvir ces pratiques. 

Je le regrette !

Non, Non… Je ne fais pas amende honorable à la Dominique Strauss Kahn… Ce que je regrette c’est d’avoir payé ces gâteries par manque d’information.

Si les pontes du Vatican, l’épiscopat (Salut Babar !), le clergé, les papes, les soupapes et autres vertueux pseudo-ascètes religieux n’avaient pas décrété l’omerta sur des pratiques courantes dans la curie et le sacerdoce, maintenant tombées dans le domaine public, j’aurais économisé pas mal de fric…

IL M’AURAIT SUFFIT DE FREQUENTER LES SACRISTIES POUR ASSOUVIR MES FANTASMES…GRATUITEMENT !

 

Ite missa est. Amen.

 

Carnaval!

Sansón est un dessinateur de presse espagnol. Il m’a donné son accord pour reproduire ses dessins dans mon blog. J’ai plusieurs fois utilisé ses strips pour ma page Apprendre l’espagnol avec le sourire mais avec ce dessin pas besoin de traduire… Il a publié ce clin d’oeil de la rencontre Trumpchose-Kimmachin sous un titre de saison: Carnaval au sommet!

 

D0xRnomWoAA92M9.jpg

Vous je ne sais pas… mais moi j’adore!