C’est quoi cette histoire de virus?

Il est improbable que l’Espagne soit votre destination de vacances cet été. Même si c’est catastrophique pour le tourisme ibérique, c’est mieux pour vous, croyez-moi! Du reste il y a d’autres destinations aussi performantes pour vous faire rouler, voler, exploiter et arnaquer: Restez en France ou en Suisse… par exemple!

Votre renoncement forcé à la Costa Brava ou aux plages andalouses ne doit pas vous empêcher d’améliorer vos connaissances de la langue de Cervantès. Peut-être pour 2021? Je continue donc à vous aider avec ma rubrique « Apprendre l’espagnol… avec le sourire », une fois de plus avec des ‘strips’ de Sansón:

 

EV8utsJXsAAhVGz.jpeg

« Ça fait plus d’un mois que mes petits enfants ne viennent pas me donner un baiser! »

« Quelle chance… Vous avez des petits enfants extraordinaires! »

EWG1_rrXsAACvsW.jpeg

 » Il semble que nous, les anti-vaccination, devions attendre au moins une année pour protester contre le vaccin du coronavirus! »

 

Depuis le temps que je vous parle de « mon ami » le dessinateur Sansón, voici l’origine de mes affinités avec ce truculent personnage:

Sansón, de son vrai nom Rafael Vega, dessine pour plusieurs journaux espagnols. Vous êtes comme moi au début: vous trouvez que ses personnages sont une horreur, comment peut-on en dessiner de si laids? Faites comme moi, oubliez le trait de crayon et appréciez la pertinence de certaines situations.

Pourquoi dis-je mon ami? Très attaché à la propriété intellectuelle je ne voulais pas publier ses dessins et les traduire sur mon blog, sans lui demander la permission. Voici donc sa réponse:

 

Hola, Norbert

Te agradezco el interés que te has tomado para contactar conmigo y pedirme permiso para difundir algunas de mis viñetas publicadas en los diarios de Vocento en tu blog personal y traducirlas para uso y disfrute de tus « lectores privados ». Por supuesto, cuenta con mi permiso, además de con mi aplauso por una iniciativa tan amable y original.

Recibe un cordial saludo que pido hagas extensivo a Alma y Ronda.

Rafael Vega ‘Sansón’

 

Traduction sommaire:

Merci pour ton intérêt et pour m’avoir demandé la permission de diffuser certaines de mes vignettes dans ton blog personnel et d’en traduire les dialogues pour tes lecteurs privés. Je te donne bien entendu mon autorisation, avec des applaudissements pour ton initiative aimable et originale.

Reçois un cordial salut, que je te demande de transmettre aussi à Alma et Ronda *

* Le nom de nos deux chiennes  de l’époque !

Rafa Vega Sansón 2.jpg

 

Il y a une autre raison à notre affinité, que vous comprendrez à la vue de son portrait. On comprend aussi l’origine de Sansón…

Pour ceux qui ne me connaissent pas je donne un indice: Nous avons le même coiffeur!

 

 

Fratelli d’Italia!

Un peu de mon histoire personnelle pour justifier ce blog:

J’ai toujours eu une passion pour l’Italie et je parlais couramment leur langue. Je la comprends encore très bien malgré une confusion actuelle normale avec l’espagnol, après 25 ans de vie en Andalousie. 

J’aime aussi passionnément leur hymne qui, comme ‘Aux armes citoyens’ de mes amis français, a une force virile et guerrière qui me sied. Pourtant je ne suis pas nationaliste au sens propre du terme, mais cet hymne provoque toujours chez moi des larmes d’émotion, surtout lors des (maintenant trop rares!) victoires de Ferrari en formule 1 et de Valentino Rossi sur deux roues. Avez-vous remarqué avec quelle passion les mécaniciens italiens chantent. Eux ne pratiquent pas les la la la habituels des autres pays avant la fin de la première strophe!

 

 

Toujours sur le plan historique j’avoue, avec un peu de honte et de regrets que je croyais à l’Europe. La belle idée! Je n’avais pas eu la clairvoyance de prévoir l’échec de cette institution  devenue rapidement pléthorique et inutile! Bref, l’opposé de ce qu’elle devait être…

Ce soir aux informations on a montré les italiens écoeurés par Bruxelles, mettre le feu au drapeau européen, sur fond musical de leur magnifique hymne national. Un lien pour, comme on le disait à la télé, ceux qui auraient manqué le début! pic.twitter.com/ZXSSfaVTm5

Loin de moi l’idée de polémiquer sur un sujet politique brûlant! Mon propos était de vous faire sourire (Oui! Même par les temps qui courent, c’est possible). Alors je commence par une publication de mon ami Sansón, le dessinateur, qui ne vous demandera aucune connaissance linguistique… pour une fois!

 

EULgBEuXsAAQDEv.jpg-mosaic

 

 

(Petit clin d’oeil à un ami dessinateur blogeur, il se reconnaîtra, en lui disant que j’aime mieux ses représentations moins terrifiantes du fameux virus!)

 

 

 

 

Je me réserve la conclusion de ce texte en publiant une photo que j’ai prise, il y a bien des années, au bord de l’Atlantique et son rude climat venteux. Je la gardais vicieusement car j’avais déjà perdu mes espoirs en l’avenir européen. Dont acte:

IMG_9515.jpg

Toujours le confinement… désolé!

Je reprends l’idée de vos très éventuelles vacances estivales chez nous, avec un dessin de l’ami Sansón pour améliorer vos connaissances en espagnol et rire un bon coup, car je postule que nos gouvernements n’arriveront pas à confiner la bonne humeur!

CyXr1qPm.jpeg 

« Vous arrivez en retard au télé-travail! »

« Oui et je vous présente mes excuses car je n’avais pas imaginé un tel embouteillage matinal… à la porte de la salle de bains! »

Encore le confinement!

Oui je sais, je ne suis pas original en insistant sur une contrainte de société diversement appréciée et diversement acceptée, mais paraît-il inéluctable!

Mais, comme je crois que les choses vont d’arranger, et que vous viendrez peut-être en Espagne cet été, je me dois de continuer ma série:

Apprendre l’espagnol, avec le sourire.

 

ETX54bBXkAAFhvs.jpeg

Une traduction libre du phylactère de mon ami Sansón, dessinateur de presse d’un journal que je n’ai du reste plus droit d’aller acheter au bourg voisin!

 

Le père, ‘confiné dans le rôle de cuisinier familial:

« Je regrette, mais avant d’avoir terminé le traitement du sujet du premier plat… nous ne passerons pas au  dessert! »

Un des enfants :

« La réclusion, passe encore, mais cette histoire de télé travail, je ne sais pas si je vais la supporter encore longtemps »

 

Confinez, confinez… il en restera toujours quelque chose!

Confinement

Les Espagnols trouvent toujours une bonne raison pour se fâcher, d’une communauté autonome à une autre, Andalousie, Catalogne, Galicie, Madrid, Pays Basque… j’en passe car il y en a dix sept!

Mais parfois ils démontrent leur solidarité… parfois.

Lien trouvé sur mon compte Twitter. Il s’agit d’un policier espagnol qui ‘dirige’ les chants des habitants confinés dans les immeubles voisins. Bravo la police!

https://twitter.com/i/redirect?url=https%3A%2F%2Ftwitter.com%2Fi%2Ftopics%2Ftweet%2F1240389815398551554%3Fcn%3DZmxleGlibGVfcmVjc18y%26refsrc%3Demail&t=1+1584607416374&cn=ZmxleGlibGVfcmVjc18y&sig=d7dfe0f73222932507da02e5cb3c11e0b9fa1a65&iid=759792532cbf457faf3a34917fbedf19&uid=974251112135053312&nid=244+276893696

Pour revenir au confinement, voici un dessin de mon ami Sansón paru dans le journal IDEAL.

ETI4n3AXsAA-wWC.jpeg

Bin, finalement, c’est séparés que nous sommes le plus unis!