Vous avez oublié le virus?

Si vous l’avez oublié, lui doit bien se marrer! Je m’étais exprimé ici même sur mon peu de confiance dans la masse de gens à qui on donne trop de liberté d’un coup, après des mois de confinement. J’avais évoqué la mentalité de troupeau à laquelle nous n’échapperons pas! Pour les exemples il suffit d’ouvrir l’abrutisseur couleur pour en prendre conscience. 

Je ne me sens pas trop concerné car je réunis toutes les conditions de résistance aux maladies: ancien sportif en bonne santé, nourriture saine, activités physiques régulières, diète méditerranéenne, jamais vu de médecin, jamais entré dans une pharmacie, jamais consommé d’antibiotiques ni de médocs, j’ignore les pilules que ceux de mon âge engloutissent chaque jour…

Donc je répète que je n’ai que très peu de risques au sujet du virus à la mode. 

Ceci dit, je suis beaucoup plus inquiet pour l’avenir des ‘troupeaux’ dans les salles de spectacle, à la plage, dans les moyens de transports publiques et dans les stades de sport…

Oui, je sais que tout le monde n’a pas pu choisir de vivre au fin fond d’un parc naturel, dans une maison isolée, près d’une rivière, complètement éloignée de la civilisation. C’est pourquoi je pense à vous et me préoccupe de votre santé! 

Restez vigilants, ne baissez pas la garde, ne vous moquez pas de ceux qui respectent les directives gouvernementales, protégez-vous, protégez votre famille et les autres!

Les grands voyages outre mer, les vacances sur le sable et les incontournables festivals musicaux de l’été… attendront des jours meilleurs. Je pense que la vie a plus d’importance que les divertissements de masse paraît-il obligés non?

Avec la réouverture des commerces, je m’offre parfois une escapade au village pour prendre une bière sur une terrasse et acheter mon journal. C’est le manque de presse écrite dont j’ai le plus souffert pendant ces derniers mois. Et le plaisir de retrouver mon ami, le dessinateur de presse Sansón.

Voici son dernier ‘strip’ à l’occasion de la levée de l’état d’alerte en Espagne. On peut en rire mais pas trop. Je dédie cette publication à un ami blogueur/dessinateur de talent, qui a publié pas mal d’anecdotes picturales au sujet du virus. Salut Gilles!

 

1JDcmUX-

Pour une fois je n’ai pas besoin de traduire…

Pas de quoi se couper les cheveux en quatre !

 

 

Même si notre confinement est supportable, je pense aux vicissitudes capillaires auxquelles sont confrontées certaines de mes amies ! Je pense aussi à des voisins que j’aperçois ces temps près de chez nous avec des coupes de cheveux très ‘beatlesiennes’. Ils se réjouissent de pouvoir aller bientôt chez leur coiffeur.

C’est vrai que si l’entretien pilifère fait partie des mesures indispensables au charme féminin, il contribue aussi à la virile séduction masculine!

Confiné, j’ai fait appel à de la main d’œuvre locale pour me rendre présentable  le jour des ‘portes ouvertes’. Hé! Ça valait la peine non?

 

 

IMG_2703.jpg

Avant

IMG_2704

Le moment de tous les risques

IMG_2703.jpg

Après…

Fini les réactions d’humeur… retour à l’humour!

Avec un dessin de Sansón sur la vie en confinement!

 

« Tous, à la maison, avions apprécié qu’il cuisine son premier biscuit … ensuite il a voulu qu’on fasse notre propre pain au four… puis il s’est lancé dans la confection de son levain…

… maintenant,  il commence à nous préoccuper (*) »

(*) Même après 25 ans de vie en Andalousie je n’avais pas saisi le sens des onomatopées ‘JSF…JSF…JSF’.  Comment traduire le bruitage supposé du frottement d’un bâton de bois sur une planche pour, hé hé: Faire du feu? J’ai eu recours au dictionnaire universel des onomatopées et vous propose: « Froutch, froutch, froutch! » mais on pourrait aussi dire « Scritch, scritch, scritch »!

 

A noter que nous n’avons pas attendu le confinement pour faire notre pain. Une affaire de famille… même si nous avons un peu triché pour allumer le feu. Il s’agit bien d’un four à bois mais j’ai utilisé mon briquet!

IMG_2711.jpg
Préparation pour l’enfournage

 

IMG_2713.jpg
Après 35 minutes à 230°

 

IMG_2718.jpg
Cornelia est appliquée et fière pour son premier « défournage »

 

Une pandémie de mensonges !

Quand la caféine m’énerve, je peux boire un décaféiné !

Si le confinement m’énerve… puis-je être déconfiné ?

Ce faux syllogisme me fournit le prétexte de pousser un coup de gueule au sujet d’une pandémie dont on ne vous a pas tout dit. Du moins pas toutes les vérités ! Dont acte :

Depuis quelques temps, je ‘rumine’, soupèse ce texte,  le remet en cause, réfléchis, hésite, et m’interroge sur sa pertinence. Mais comme je refuse d’entendre d’avantage de conneries (oups, pardon) souffrez que je pousse un grand coup de gueule, le dernier sur ce sujet …  promis, juré!

 Je ne suis pas médecin, ça se saurait, mais j’ajoute quelques digressions personnelles à la liste des personnes, paraît-il à risque.

1° Ceux de plus de 70 ans

Pensez-vous que l’âge seul soit en cause, sachant que presque tous les ‘vieux’ consomment 5 ou 6 cachets de chimie par jour, soit sur prescription soit en automédication ? images-2.jpegVous imaginez l’effet de cette overdose sur leur système immunitaire.  Bienvenue au virus !

Voir note de bas de page (1)

2° Les diabétiques

Je postule que cette maladie, à croissance maintenant exponentielle, doit beaucoup à une hygiène de vie lacunaire et une alimentation déplorable  Ça m’étonnerait que les 500 millions de ‘sucrés’ dans le monde (3.5 millions en France) souffrent de cette pathologie dès leur naissance.  Bienvenue au virus !

3° Les sujets en surpoids

Je devrais faire attention de ne vexer personne, moi qui ai toujours aimé des ‘fiancées’ plutôt bien en chair… mais merde, il faut appeler un chat un chat, un gros est un gros, un obèse est un obèse ! Qu’en pensent les 2 milliards d’humains en surpoids dans le monde ? Et les 700 millions d’obèses ? (Il paraît que c’est une maladie… mais étonnamment inconnue en 1940 à Ravensbrück. De qui se moque-t-on ?). Bienvenue au virus! 

4°  Ceux qui ont des problèmes respiratoires, cardio-vasculaires et d’hypertension

Je respecte sincèrement ces ‘vrais’ malades mais je persiste dans ma certitude d’en classer une partie au moins dans une sous-catégorie

4° Bis : Les ‘addicts’ à la chimie médicamenteuse                      

Voir note de bas de page (2)

Cette catégorie de drogués, parfois ‘à l’insu de leur plein gré’, comme le disait un coureur cycliste fameux, représente le risque le plus important. Les hypocondriaques devraient prendre conscience qu’ils se suicident lentement avec l’ingestion de pilules, gélules et autres ‘gâteries’.  Ces intrusions chimiques dans le métabolisme produit des effets secondaires, détruit la résistance aux autres maladies et annule l’immunité aux bactéries, champignons, parasites, agents infectieux et… oui : Bienvenue au virus !

Voir note de bas de page (3)

Pourquoi cache-t-on des informations essentielles sur la propagation du virus ? Par exemple en citant des produits et environnements à risque :

5° La pollution, surtout citadine

Unknown-4.jpeg

En 2018 l’OMS mettait en garde Turin (record d’Europe de particules fines en suspension), Milan et Naples. Rien n’a été fait et on a vu le résultat du carnage du Covid19 en Italie du Nord… Que fait-on à Paris, Madrid, Rome ? Bienvenue au virus !

Les antibiotiques

images-1.jpegOn se goinfre d’antibiotiques. Il est bien loin le temps de la simple pénicilline. Actuellement les gens consomment autant d’antibiotiques que moi du vin rouge (oups !) et leurs produits miracles, contrairement aux bienfaits du ‘tinto’, ne font plus d’effets. S’agit-il de la mitridatisation de l’humain, condamné à la spirale infernale des antibiotiques, des effets secondaires et des médicaments contre les effets secondaires ? Bienvenue au virus !

7° Le tabac

Pas un mot aux infos sur « les bienfaits » de l’herbe à Nicot sur vos bronches, mais on nous montre un troupeau de clampins faisant la queue pour acheter leur drogue légale.Unknown-1.jpeg

On les interroge, on nous montre leur gueule d’ahuris pendant que le Covid19  se pourlèche avant d’aller se loger dans d’appétissants poumons noirs de suie, obstrués et goudronnés à la nicotine. Beurk ! Bienvenue au virus !

Je renonce à publier une photo de l’état d’un poumon de fumeur. Je vous laisse consulter Internet ou regarder l’image sur votre paquet de clopes, juste sous la mention Fumer tue !

images.jpeg

 

Coluche disait : Choisis ton camp camarade. Alors orientez peut-être vos comportements différement. Bonne santé à toutes et tous. Souvenez-vous en cette période pascale qu’il y a peu de gens qui ont eu l’occasion de résuciter. Alors restez chez vous et ne sortez que pour acheter l’essentiel. Les clopes et le paracétamol peuvent attendre.

Mort au virus !

 

(1) Extrait d’une note officielle sur un site de santé : Au-delà de six médicaments, nul ne sait comment le corps gère le mélange de molécules. D’où la nécessité d’alléger l’ordonnance. Les médecins doivent proposer des alternatives non médicamenteuses (Sic !) si elles existent. Des expériences en Ehpad ont démontré qu’il est possible de réduire jusqu’à 30% le nombre de médicaments. 
(2) Il se consomme annuellement en France 250’000’000 (Oui, 250 millions) de boîtes de paracétamol. Un autre détail ? Ce marché génère 750 millions d’euros (5.8 milliards dans le monde)
(3) Pour le dessert, petite liste extraite des 30 médicaments les plus consommés ?
– 1 Paracétamol (Doliprane, Efferalgan, Dafalgan…) 
– 2 Aspirine (Aspégic, Kardégic…) 
– 3 Lévothyroxine sodique (Levothyrox, Euthyral, Thyrofix,     Euthyrox
– 4 Vitamine D (Uvedose)
– 5 Metformine (Glucophage, Stagid) 
Cette liste vous rend malade ? Moi aussi alors sautons au trentième, le
Vaccin grippal (Vaccigrip, Influvac, Immnugrip). V
ous connaissez ce vaccin dont des spécialistes disent qu’il ne sert à rien. Bon, je ne fais que répéter. Pour des informations complémentaires veuillez consulter votre médecin !

 

 

 

 

 

Nous sommes le vingt neuf février!

Pour faire de l’ordre annuel dans mes affaires, je choisi généralement le 29 février… ce qui me permet de gagner trois ans chaque fois!

Je viens donc de retrouver une histoire qui m’avait fait sourire et un peu réfléchir. Et vous?

L’allégorie du déboucheur de chiottes

Un chômeur postule pour un emploi de déboucheur de chiottes chez Microsoft. Le directeur des ressources humaines le convoque pour un entretien et lui fait passer un test (avec une ventouse à toilettes toute neuve).
Il lui dit : 
– Tu es engagé, donne-moi ton e-mail et je t’enverrai le formulaire rempli ainsi que la date et l’heure auxquelles tu devras te présenter pour commencer ton travail.

L’homme répond qu’il ne possède ni ordinateur ni e-mail.
Le Directeur des Ressources Humaines lui dit alors qu’il est désolé, mais que s’il n’a pas d’e-mail cela signifie qu’il n’existe pas et, comme il n’existe pas, il ne peut avoir le job.
L’homme sort, désespéré, sans savoir que faire, avec seulement 10 dollars en poche. Alors il va au supermarché, achète une caisse de 10 kg de tomates et fait du porte à porte pour les vendre au kilo. En moins de deux heures il double son capital. Il répète l’opération encore trois fois et revient chez lui avec 60 dollars.
Il réalise qu’il pourrait survivre de cette manière. Il part de chez lui tous les jours plus tôt, y revient plus tard, et ainsi triple ou quadruple son argent chaque jour.
Peu de temps après, il achète une charrette, puis l’échange contre un camion et assez vite se retrouve avec une petite flotte de véhicules de livraison.
5 ans passent.
L’homme est maintenant propriétaire d’un des plus grands réseaux de distribution alimentaire des Etats-Unis.
Il pense alors au futur de sa famille, et décide de prendre une assurance vie. Il appelle un assureur, choisit un plan d’assurance et quand la conversation prend fin, l’assureur lui demande son e-mail pour lui envoyer la proposition.
L’homme dit alors qu’il n’a pas d’e-mail!
– Curieux, lui dit l’assureur, vous n’avez pas d’e-mail et vous êtes arrivé à construire cet empire… imaginez où vous seriez si vous aviez un e-mail.
L’homme réfléchit et répond : 
– Je serais déboucheur de chiottes chez Microsoft.

Morale 1 de l’histoire : Internet n’est pas indispensable dans ta vie.
Morale 2 : Même si tu n’as pas d’e-mail et que tu travailles beaucoup, tu peux devenir millionnaire. 

P.S. Ne cherchez pas à me joindre, car je viens de partir acheter des tomates !