Devoirs de vacances N° 16 Arto Paasilinna

Groseilles à maquereaux, serfouettes et grouillots

La langue française survivra-t-elle aux coups bas des texto, chat et whatsapp? Sortira-t-elle indemne de la guerre contre les «Téou tu fé kwa», les «a12c4» (A un de ces 4 pour les dinosaures déconnectés!) et les «LOL» ? La langue de Molière reprendra-t-elle du terrain à l’idiome de Shakespeare, perfide vecteur des «impeachment», «workshop» et autres «postponer» à la mode?

Ce n’est malheureusement pas encore gagné, si j’en crois les expressions ‘djeun’ utilisées sur les réseaux pour dire ‘oui:  ouer, ué, uè, vi, mui, moui, wé, woué, yep, ouep, ouè, oué, oé, oè, ui, wé, uep, vui, voui, yup.  Oui!… vous comprenez? Je vous aide: c’est une autre manière de dire Yes!

Restons optimistes et gardons un peu d’espoir. Une piste:

Un auteur contemporain, le truculent finlandais Arto Paasilinna (on ne saura jamais quelles lettres doivent être doublées…) m’avait amusé, et j’ai lu la quasi totalité de ses bouquins, bien sûr ceux traduits en français! Dans le facétieux « Le Potager des malfaiteurs ayant échappé à la pendaison » (un de mes préférés!), certains mots m’ont interpellé. Voici un choix de ceux utilisés par la traductrice, Anne Colin du Terrail, une fino-française née en Laponie!

cassots de mûres

l’estacade

le planiol

grouillots

serfouettes

herse à main

lavarets

brêler et brêlage

se sentir engravé

déséchouer

un chevalement de mine

groseilles à maquereaux

la camarine

Qu’en pensez-vous? Mon correcteur «d’aurtôgrafe» a souligné presque tous les exemples ci-dessus, pourtant reconnus par l’Académie française… 

Il reste encore du boulot… à tous les niveaux!

Devoirs de vacances N° 9 Juste rigidifier l’écran.

Encore les smart phones… pour l’avant dernière fois, c’est promis!

Hier, je vous parlais de la lecture sur l’écran ridicule de votre smart phone. Pour ceux qui auraient manqué le début, voici le lien:

https://akimismo.wordpress.com/2021/02/01/devoirs-de-vacances-n-8-ecriture-et-concision/

Cette histoire de téléphone, omniprésent dans la vie de presque tout le monde, m’a interpellé, j’en ai parlé autour de moi et je me suis posé des questions au sujet de l’avenir de cette drogue pandémique, bien pire que tous les Covid du monde! Bin mon salaud, on n’est pas sortis de l’auberge!

Puisque l’usage invétéré et universel (pas pour moi, rassurez-vous!) de ce «machin» va suivre une courbe exponentielle, comment voyez-vous l’avenir? Vous vous en foutez… ah bon!

Bien que non concerné par la ‘révolution’ numérique, la connexion permanente et la 5 G, je vous donne quelques pistes pour l’avenir, en attendant que vos problèmes de règles douloureuses et vos hémorroïdes puissent être projetés depuis votre I-Truc sur des parois blanches mises à disposition par des commerçants en mal de publicité et être partagés avec tous ceux qui auront l’immense ‘privilège’ d’emprunter la même rue et de fréquenter les mêmes lieux publics que vous.

Quelques idées:

1° L’augmentation du format des poches de jeans n’étant pas prévue par les grands couturiers, vous devrez vous contenter des 6 ou 7 pouces (Salut Amélie!) de vos smart’s actuels. A moins que…

2° Apple, Samsung et les autres, après avoir vendu toute leur ‘ferraille en plastique’, ne mettent sur le marché une invention déjà en gestation: l’écran pliable. Loin d’être parfait, ce progrès (progrès mes fesses!) doublera au moins le format de lecture, bien qu’encore loin des dimensions de l’écran d’une simple tablette!

3° Nous serons tôt ou tard obligés de voir plus loin. Pourquoi pas un écran de 15 pouces souple ‘déroulant’? L’idée est déjà à l’étude dans les bureaux de recherche des grandes compagnies de communication, mais il faudra aussi inventer une manière de rigidifier ponctuellement cet écran souple.

3° a) On pourrait imaginer une structure démontable genre lutrin. Pas vraiment pratique!

3° b) On pourrait exploiter une filière à la mode dans le domaine des tentes de camping et des ailes de kit surf: des boudins gonflables permettant de rigidifier votre écran souple, hé hé!

3° c) Attendez… on m’appelle sur mon télex des années 60 pour me dire que mon système impliquera d’avoir toujours sur soi une pompe à vélo, pour gonfler les boudins! Mouais…

4° Mais, je ne renonce pas à l’idée de ‘mon’ écran souple déroulant, à condition que les chercheurs en biologie, qui ont terminé leurs travaux sur le vaccin du virus à la mode, se remettent au boulot. Voici le créneau vers lequel ils doivent diriger leurs recherches:

Il existe, dans la nature humaine, plus précisément dans le slip masculin, un phénomène de ‘durcissement’ ponctuel d’un organe, qu’on pourrait appliquer aux écrans souples. Il faut juste maîtriser le taux de testostérone, l’intensité du désir libidineux, en faire la synthèse… et l’appliquer à l’écran des téléphones portables! 

Hé, ho! Mesdames… Ne jouez pas les vierges effarouchées, mais accompagnez moi plutôt pour une conclusion que je souhaite amusante.  D’accord?

Si les scientifiques réussissent à concrétiser mon projet, j’imagine l’avenir, avec des quidams parlant tout seuls dans la rue (ça ne changera pas grand chose avec l’actualité !) et déclarant leur amour à leur bidule avec des mots libidineux et cochons pour faire bander leur écran!

Devoirs de vacances N° 8 Ecriture et concision

Soyez brefs! 

Une amie m’a reproché trop de longueur… elle parlait bien sûr de la longueur de mes articles, non mais! J’essaierai donc d’être bref, mais j’ai appris qu’elle me lisait sur l’écran de son téléphone. Quoi, sur l’écran d’un smart? Bin voui!

Bonne occasion d’en parler…  des écrans!

Auguste et Louis Lumière ont donné, le 19 mars 1885, la première représentation publique et… payante, de cinématographe! Le septième art s’est ensuite installé dans les salles, avec des écrans de 3 ou 4 mètres de diagonale, avant l’arrivée de la couleur et les écrans toujours plus grands: Panavision, Cinemascope.

Pour la petite histoire le plus grand écran connu a été mis en oeuvre à Londres en 2009, en plein air, avec 73 m. de largeur et 18 m. de hauteur.

Avec l’apparition de la télévision, dans les années 50, le cinéma devint le Grand écran et l’abrutisseur héritait du surnom de Petit écran. Pour le Canard Enchaîné, c’étaient les «Etranges lucarnes»! Avec le digital, les écrans LED et plasma ont grandi comme des palmiers andalous et une diagonale de plus de 140 cm n’a rien d’exceptionnel dans nos foyers.  En 1984 mon premier PC Macintosh avait un écran noir et blanc de 13 pouces. Maintenant tous les PC portables ont au moins 15’’ et ceux de bureau 21’’. 

Et les téléphones portables?

Aïe, vlà mes aigreurs stomacales qui reprennent! Les premiers écrans avaient la dimension d’un timbre poste, puis de 4 timbres, pour atteindre actuellement 6 pouces. Rien n’est perdu, on se rapproche du XIXème siècle et de l’écran des frères Lumière…

J’évoquais plus haut la lecture sur smart phone. Souffrez que je hurle: Lire sur une si ridicule surface, que ce soit la bible, le dernier Goncourt ou… ‘akimismo’, c’est aussi incongru, ridicule, contre nature que

  • Manger un Tournedos Rossini en buvant du Coca Cola…
  • Mettre des glaçons dans un verre de Romanée Conti ou de Château d’Yquem…
  • Pour vous mesdames, utiliser un ‘godemiché’, au plumard avec Georges Clooney ou Brad Pitt…
  • Pour vous messieurs, ce serait préférer vous masturber,  face aux avances libidineuses de Scarlet Johansson…
  • Je répète que lire des psaumes, le Goncourt ou surtout ‘akimismo’, sur l’écran riquiqui d’un téléphone, c’est aussi incongru, ridicule et contre nature que
  • Se mettre sur les yeux un bandeau de verre dépoli pour visiter le Taj Mahal…
  • Refuser une invitation chez Bocuse, pour se taper un MacDo…
  • J’insiste, en répétant que lire sur un smart phone, c’est comme:
  • Escalader un sommet à peaux de phoque et en redescendre volontairement en hélicoptère…
  • Manger une choucroute alsacienne végétarienne, assaisonnée avec de la confiture de groseilles, des fruits de mer, du miel et du riz au lait…

C’est surtout aussi grotesque que de faire l’amour contre un sapin, un jour d’hiver, par moins 15°!

C’est tout pour aujourd’hui, car je ne voudrais pas être taxé de loghorréo-producteur. Je vous appelle plus tard par WhatsApp, si vous avez fini de lire les oeuvres complètes de Molière sur votre bidule…

Devoirs de vacances N° 2 Enero

La cuesta de Enero!

Une expression récurante, qu’on nous ressasse chaque année en Espagne et qu’on pourrait traduire par «la côte de janvier». Les cyclistes diraient le raidard, la bosse ou le coup de cul.

C’est une allusion aux difficultés rencontrées en janvier par les fêtards de décembre, les inconscients, les trop généreux, les victimes de la publicité mensongère et envahissante, pour équilibrer leur budget. Moi ça va… financièrement, je suis à l’aise en janvier, comme d’hab ! 

Svp! Cette courbe est bien celle de la troisième vague de la pandémie… à moins qu’il ne s’agisse de celle de l’évolution du chômage?

Non, il s’agit de la Côte de janvier!

Merci!

Je pousse chaque année un coup de gueule à ce sujet et ceux qui me lisent se souviennent des années passées sur mon blog.

A tout hasard:

https://wordpress.com/post/akimismo.wordpress.com/3910

et

https://wordpress.com/post/akimismo.wordpress.com/4146

Le moins qu’on puisse en dire c’est que j’ai de la suite dans les idées et assume la constance de mes convictions!

Permettez à l’ancien cycliste, frugal et raisonable en décembre, d’escalader la ‘cuesta de enero’ sur la ‘plaque et la meule’ ! (Pour les connaisseurs : grand plateau de 53 et petit pignon de 13)

Bonne suite et fin 2021 à toutes et tous… même si vous deviez terminer la ‘cuesta de enero’ sur le 39 x 26 !

Devoirs de vacances (1) Smart Phone

Séjour sympa au bord de la Méditerranée, avec notre camping-car. Le I-Mac 21 ne cadrant pas avec les dimensions modestes de notre maison à roulettes, je me suis remis au Mac Book portable de plus de 11 ans d’âge, profitant de faire l’inventaire de son contenu. J’ai  retrouvé un texte, paru en 2015. Son auteur, Andrés Cardenas, un écrivain andalou connaît bien les mentalités humaines et a de l’humour. Je vous en traduis quelques passages, précisant que je partage totalement ses arguments, ceci expliquant cela!

Cardenas se retrouve chaque année avec des camarades d’études, tous dans la soixantaine. Des réunions amicales d’échanges d’idées et de souvenirs, qui sont bien sûr prétexte à quelques agapes…

Or Rencho, l’amphitryon de la dernière réunion, a lancé une procédure inspirée des pratiques du Far West, où le shérif confisquait les armes des visiteurs dangereux à leur entrée dans le village : au début de la rencontre amicale des anciens étudiants il a demandé à chacun de déposer son téléphone dans un grand sac en plastique, jusqu’à la fin de la rencontre. Rencho ne possède pas de téléphone mobile… suivez mon regard eh eh! mais il s’était rendu compte que les participants passaient une grande partie de leur temps à pianoter, consulter, écouter, surfer, e-mailer et «whatsapper». Il a aussi fait la constatation que les retrouvailles perdaient de leur chaleur, de leur intérêt, de leur âme et que la joie et les gags disparaissaient de plus en plus. En présentant son sac collecteur de mobiles il tînt ce discours : J’en ai marre de votre comportement puéril, tout juste digne d’adolescents sans éducation. Si vous continuez à préférer vos écrans à nos conversations alors je me casse ! Rencho est ingénieur en physique, grand connaisseur scientifique et parfaitement en phase avec la technologie actuelle de communication mais… il est horrifié de constater que nous ayons poussé la fréquence de ladite communication à un niveau tel, que nous sommes devenus des acros obsédés, des zombies connectés permanents. Il pense même que beaucoup de gens maintiennent une relation plus étroite avec leurs réseaux sociaux qu’avec leur conjoint ! Beaucoup vont même jusqu’à accorder plus d’attention à leur écran qu’à leurs amis quand ils mangent ensemble. Il a encore rappelé qu’Einstein, longtemps avant l’invention du téléphone mobile, avait prédit que la technologie allait dépasser notre humanité, faisant de nous tous une génération de parfaits idiots crétinisés ! Rencho conclut son coup de gueule en disant que cette occurrence était arrivée, en voulant pour preuve les tronches d’imbéciles niais qu’ont les gens obnubilés par la consultation de leurs messages.

Laissons à Andrés Cardenas les mots de conclusion : «Les paroles de Rencho nous auront amené un peu réflexion et de raison. C’est vrai qu’on ne peut pas continuer à tenir des réunions avec des amis en étant de manière permanente obnubilés par nos ‘smart phone’. Nous avons donc décidé à l’unanimité de déconnecter nos mobiles dès le prochain partage d’une ‘paella’ au lapin ou de tout autre mets du terroir.

On dit que les experts en protocole discutent sérieusement de prévoir une place sur la table pour le téléphone portable. On lui réserverait un site marqué sur la nappe, à la droite du pain et à gauche de la fourchette !

Pour nous c’est clair, nous oublierons notre « appendice mobile » pour nos réunions amicales, sinon nous devrions accepter que Rencho sévisse en soulignant notre stupidité avec son sac plastique»

Voilà… c’est tout, mais à titre personnel j’ajoute que vous avez droit à un sursaut de bon sens dans vos relations sociales, ce qui n’a jamais tué et ne tuera jamais personne! Et s’il se trouvait parmi mes lectrices et lecteurs UN SEUL non concerné, qu’il accepte mes affectueuses excuses!